Femme au foulard au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté : critiqué au sein du RN, Julien Odoul ne regrette rien

Julien Odoul, président du groupe RN (Rassemblement National) au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté / © JC Tardivon / Maxppp
Julien Odoul, président du groupe RN (Rassemblement National) au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté / © JC Tardivon / Maxppp

Julien Odoul, conseiller régional de Bourgogne, a lancé une polémique en demandant qu’une femme, qui accompagnait un groupe d'enfants venu assister à l'assemblée plénière, retire le foulard qu'elle portait sur sa tête. Une attitude critiquée au sein même du Rassemblement National.
 

Par B.L.


"Je vais vous demander, s'il vous plaît, au nom de nos principes laïcs, de bien vouloir demander à l'accompagnatrice qui vient d'entrer dans cette salle de bien vouloir retirer son voile islamique" : c’est ainsi que Julien Odoul a interpellé la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté lors de la session du vendredi 11 octobre 2019 qui se tenait à Dijon.

Le président du groupe RN (Rassemblement National) a par la suite quitté l’hémicycle, suivi par les autres élus du groupe. "La loi interdit les signes de discrimination dans le milieu scolaire. Elle n'interdit pas les signes de distinctions dans l'espace public", a rappelé Marie-Guite Dufay, qui préside la Région Bourgogne-Franche-Comté.

"Je n’ai aucun regret d’avoir défendu les valeurs de la République et de la laïcité", a dit Julien Odoul ce lundi 14 octobre 2019 sur Europe 1.
 


Des "propos malvenus"


Mais, la scène a suscité un tollé jusqu’au niveau national. Des critiques se font jour, même au sein du Rassemblement National.

► Le député européen RN Nicolas Bay a parlé de la "maladresse d'un jeune élu régional" et de "propos malvenus".
"C'était inutilement blessant et agressif", a-t-il dit sur Franceinfo-France Inter, tout en restant "intraitable" sur le refus de l'islamisme et du "communautarisme".

► Wallerand de Saint-Just, membre du bureau exécutif du RN, a lui aussi critiqué l’attitude de Julien Odoul. "Je n’aurais pas agi comme Julien Odoul, publiquement en prenant à partie quelqu’un dans le public. Je ne l’aurais pas apostrophée comme ça de mon siège. Si ça m’était arrivé au conseil régional d’Ile-de-France, j’aurais été voir la présidente en lui disant "il faut que vous fassiez quelque chose".  

"Compte-tenu du poids grandissant de l’islam dans notre pays, il va peut-être falloir que la loi interdise le port du voile dans les sorties scolaires", a ajouté Wallerand de Saint-Just, interrogé sur Radio Classique lundi 14 octobre 2019.

► Jordan Bardella, vice-président du RN, a déclaré sur LCI dimanche 13 octobre qu'il ne "partageait pas la méthode" de "prendre à parti les gens". Mais "il y a un véritable sujet de fond derrière, qui est celui des revendications communautaristes", selon le député européen.

 

Un signalement au procureur de la République


Cette femme "n’était pas voilée, son visage est visible, elle portait simplement un foulard", déclare Marie-Guite Dufay.

"Concernant les suites à donner, en tant que Présidente de l’institution régionale, j’ai décidé de faire un signalement au procureur de la République de tous les propos tenus, tout au long de cette session, dont ceux portant sur la contestation de la présence de cette jeune mère de famille. C’est à lui de dire le droit et le cas échéant d’engager les poursuites contre les auteurs de ces propos que je réprouve totalement. Par ailleurs, je me réserve le droit de porter plainte", conclut la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus