Franceole : le verdict tombera à midi

Franceole, seul fabricant français de mâts acier d’éolienne, est basé à Dijon et au Creusot / © Amélie Douay
Franceole, seul fabricant français de mâts acier d’éolienne, est basé à Dijon et au Creusot / © Amélie Douay

L'entreprise Franceole trouvera-t-elle un repreneur ? La date-butoir est fixée ce lundi 24 juillet 2017 à midi.

Par Tiphaine Pfeiffer

Francéole, l'un des fleurons de l'éolienne en Bourgogne, poursuivra-t-elle son activité ?
Placée en redressement judiciaire le 17 mai 2017, l'entreprise qui fabrique des mâts d'éolienne n'avait fait l'objet d'aucune offre de rachat le 6 juillet.

La justice avait accordé un délai supplémenaire : il expire aujourd'hui à midi.

L'administrateur informera les salariés : ce sera la reprise ou la liquidation.


explications verdict franceole : liquidation ou reprise ?
plateau de situ - France 3 Bourgogne - Sylvain Bouillot / Romy Ho-A-Chuck

Plusieurs mois de mobilisation


Les 159 salariés, employés au Creusot et à Longvic, attendent avec appréhension l'heure fatidique.
Ils ont plusieurs fois interpelé les pouvoirs publics par des mouvements de grève (le 27 juin et le 5 juillet) ou lors de rencontres avec les représentants de l'Etat dans le département.

Ni le maire du Creusot David Marti et au ministre de la transition écologique Nicolas Hulot ne se sont positionnés sur ce dossier.

La semaine dernière, les salariés ont également bloqués l'expédition de trois mâts d'éoliennes pour un montant de 2,7 millons d'euros.


Une entreprise d'avenir ?


Francéole est née en 2012 du regroupement de Siag au Creusot et Céole à Longvic.
L'entreprise s'était fixée comme ambition de produire qu'un mât sur deux installé en France.
Mais elle n'a jamais réussi à franchir le seuil d'un mât sur trois.
Atelier Franceole du Creusot / © France 3 Bourgogne
Atelier Franceole du Creusot / © France 3 Bourgogne
L'entreprise est l'unique fabricant de mâts éoliens dans l'hexagone

A l'heure actuelle, le carnet de commandes n'est rempli que jusqu'à fin août. En cause ; la surproduction au niveau européen et la chute des prix de presque 30%

Malgré son chiffre d'affaires de 30 millions d'euros, la trésorerie de l'entreprise couvrira ses besoins seulement jusqu'au début du mois octobre 2017. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sport : on a testé... le mölkky !

Les + Lus