Franche-Comté : la droite désormais à la tête de trois des quatre départements

La droite détient désormais 3 départements sur 4 en Franche-Comté, idem en Bourgogne / © France 3 Franche-Comté : Pascal Sulocha
La droite détient désormais 3 départements sur 4 en Franche-Comté, idem en Bourgogne / © France 3 Franche-Comté : Pascal Sulocha

En Franche-Comté, la droite a ravi dimanche à la gauche les départements du Doubs, du Jura et du Territoire-de-Belfort à l'issue du second tour des départementales. La Haute-Saône reste elle à gauche.

Par Sophie Courageot avec AFP

  • DOUBS

Dans le Doubs, la droite remporte 12 des 19 cantons du département, selon les résultats définitifs transmis par la préfecture.
"Il semble que la victoire des forces de droite soit nette, la majorité est perdue", a déclaré le président PS du Conseil général sortant Claude Jeannerot, relevant que la gauche avait perdu "quatre des six cantons de Besançon", capitale régionale traditionnellement à gauche.
"Je note qu'il n'y a aucun élu FN, c'est une victoire des forces républicaines", a-t-il ajouté.

  • JURA

Dans le Jura, "quatorze binômes de l'union de la droite et du centre ont été poussés par la majorité de la population. La droite est donc en mesure d'administrer le département du Jura", a déclaré sur France 3 Franche-Comté Clément Pernot, élu UMP dans le canton de Champagnole et pressenti pour être le futur président.

  • HAUTE-SAONE

Seule la Haute-Saône reste à gauche. Elle remporte 11 des 17 cantons. Dont le canton de Lure 2 où le Front National était arrivé en tête au premier tour. Le parti de Marine Le Pen n'obtient aucun fauteuil à l'assemblée départementale.

  • TERRITOIRE DE BELFORT

La droite remporte 6 des 9 cantons du département du Territoire-de-Belfort, selon les résultats définitifs de la préfecture. "Le Conseil général bascule à droite", a déclaré à l'AFP le secrétaire départemental et député-maire UMP de Belfort, Damien Meslot.
"C'est une grande victoire pour l'UMP qui, en 10 ans, a conquis dans le Territoire-de-Belfort les trois sièges parlementaires, la ville, la communauté d'agglomération et maintenant
le département", s'est-il réjoui.

En Franche-Comté, comme dans le reste de la France, le désaveu de la gauche est cinglant



a estimé dans un communiqué Alain Joyandet, candidat UMP en Bourgogne-Franche-Comté à l'élection régionalede décembre prochain.

 / © France 3 Franche-Comté : Pascal Sulocha
/ © France 3 Franche-Comté : Pascal Sulocha

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus