Belfort. Cocaïne, héroïne, ecstasy : un important trafic de drogue demantelé, 8 personnes interpellées

Publié le

Huit personnes ont été interpellées le 7 mars, notamment dans le Territoire-de-Belfort et dans le Doubs. C'est le résultat de près de six mois d'enquête visant à mettre au jour un énorme trafic de drogue qui touchait entre-autres Belfort et Montbéliard.

Le 7 mars dernier, huit personnes ont été interpellées à Belfort (Territoire-de-Belfort), Montbéliard (Doubs), Audincourt (Doubs) et Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). C’est le résultat d’une instruction menée par la Juridiction inter-régionale spécialisée de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Elle visait à mettre un terme à un important trafic de drogue concernant notamment les villes de Belfort et de Montbéliard.

Saisie de cocaïne, d’armes et d’argent

5,5 kilos d’héroïne, plus de 800 grammes de cocaïne et 600 grammes d’ecstasy : voici la saisie faite par les polices de Besançon, de Belfort et de Nancy, avec l’aide du RAID et de la BRI. Les perquisitions permettent de trouver 46.000 euros en espèces, 2 armes, 9 voitures ainsi que plusieurs montres de luxe « dont une Rolex ». La valeur de cette saisie représente l’équivalent de 1,5 million d’euros.

Dans le même temps, un belfortain de 36 ans est interpellé au volant de sa voiture. Il revenait des Pays-Bas, où il venait de s’approvisionner en drogue. Après avoir fouillé le véhicule, la police découvre près de 2 kilos d’héroïne et 42 kilos de produits servant à mélanger cette drogue pour pouvoir la revendre.

À la suite de ces découvertes, trois femmes et cinq hommes âgés de 22 à 67 ans, avaient été placés en garde-à-vue. Toutes ont été mises en examen pour « trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs en vue du trafic de stupéfiants ». Six d’entre elles sont en détention provisoire et une est placée sous contrôle judiciaire.

Une enquête de plusieurs mois

Les premiers soupçons de la police judiciaire de Besançon et la direction départementale de la police de Belfort remontent au 10 juin dernier. Les enquêteurs déclenchent une procédure à cette date. Elle fait suite à l’interpellation en flagrant délit du frère d’un belfortain soupçonné de gérer un « trafic de drogue » dans la cité des Lions. La police reçoit des renseignements indiquant qu’il se fournirait en stupéfiants aux Pays-Bas. Son véhicule est analysé par la police.

Les enquêteurs établissent qu’il a effectué plusieurs trajets vers les vers le Luxembourg et le nord de la France. Pour la police, l’affaire dépasse alors les frontières et les régions. Le 21 septembre dernier, l’enquête est alors confiée à la juridiction interrégionale spécialisée de Nancy (Meurthe-et-Moselle). L’instruction montre que plusieurs voitures sont utilisées pour s’approvisionner en stupéfiants au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et en Belgique. Elle prouve aussi que deux logements servent au stockage, au mélange et au conditionnement de ces drogues.

Ces éléments permettent aux enquêteurs de mettre au jour cet important trafic de stupéfiants, au sein de la Ville de Belfort et de ses environs. Ils ciblent donc une dizaine de protagonistes qui écoulaient la drogue dans la région Grand Est et aussi dans le sud de la France, notamment à Montpellier (Hérault). Ce qui a finalement abouti aux interpellations de ce début du mois de mars.