• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

“L'ancien boxeur Christophe Dettinger n'est pas un mauvais garçon” estime Khedafi Djelkhir

Khedafi Djelkhir boxeur bisontin a pris sa retraite sportive / © Lionel Vadam - maxPPP
Khedafi Djelkhir boxeur bisontin a pris sa retraite sportive / © Lionel Vadam - maxPPP

L'ancien boxeur et médaillé olympique Khedafi Djelkhir connaît Christophe Dettinger placé en garde à vue pour avoir frappé violemment un gendarme samedi dernier à Paris lors de la manifestation des gilets jaunes. Il condamne le geste mais estime que Christophe Dettinger n'est pas un mauvais garçon. 

Par Sophie Courageot

Que pense le monde de la boxe du geste de Christophe Dettinger filmé en train de frapper plusieurs fois un gendarme samedi 5 janvier à Paris ? Nous avons posé la question à Khedafi Djelkhir, médaillé d'argent dans la catégorie poids plume aux jeux olympiques de Pékin en 2008.

Le boxeur bisontin a pris sa retraite sportive. En découvrant les images sur les réseaux sociaux, il a rapidement reconnu l'un des ses compagnons de stage en équipe de France de boxe. Khedafi Djelkhir a croisé la route de Christophe Dettinger de 2002 à 2005. "C'est quelqu'un de sympa et respectueux. Les images diffusées samedi ne correspondent pas à l'homme que je connais. Christophe Dettinger a toujours défendu les plus faibles, c'est quelqu'un qui ne supporte pas l'injustice" explique Khedafi Djelkhir.

Le boxeur bisontin s'interroge sur ce qui a poussé son collègue boxeur à porter des coups contre les forces de l'ordre. Que s'est-il passé juste avant ? s'interroge Khedafi Djelkhir, tout dépend... le contexte, on n'a pas aujourd'hui tous les éléments selon lui.

Christophe Dettinger, 37 ans, s'est présenté lundi dans un commissariat des Yvelines. Dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook, l'ancien champion de France professionnel des lourds-légers (2007 et 2008) a tenté d'expliquer son geste : "J'ai participé aux huit actes (des "gilets jaunes"). J'ai fait toutes les manifestations de samedis sur Paris", dit-il. "J'ai vu la répression. J'ai vu la police gazer, la police faire mal à des gens avec des flashballs. J'ai vu des gens blessés (...) La colère est montée en moi et oui, j'ai mal réagi. Mais je me suis défendu"... L'homme est en garde à vue depuis. Elle a été prolongée mardi par le parquet de Paris, a-t-on appris de source judiciaire.

"Avant d'être un boxeur, c'est un être humain qui a ses forces et ses faiblesses" explique le boxeur Khedafi Djelkhir qui ne cautionne pas la violence. "Bien évidemment que tout boxeur ne doit pas utiliser son sport pour frapper quelqu'un d'autre", dit-il en attendant les résultats de l'enquête et les suites judiciaires encourues par Christophe Dettinger.

Quant à la cagnotte mise en place pour venir en aide au boxeur, elle dépassait déjà les 117.000 euros ce matin. Une générosité qui ne surprend pas Khedafi Djelkhir ancien médaillé olympique. "On est tous gilets jaunes dans l'esprit, on s'est senti touchés par ces images, on a envie de l'aider" pense-t-il.

Leetchi, plateforme en ligne de collecte de dons, a annoncé en milieu de journée avoir clos cette cagnotte, moins de 48 heures après sa mise en ligne."Au vu du montant atteint à ce jour, la cagnotte n'accepte désormais plus de contributions", a indiqué Leetchi dans un communiqué sur son site internet.

Le boxeur bisontin se dit solidaire du mouvement des gilets jaunes même s'il n'est pas descendu dans la rue pour manifester. "Il faut écouter les gens qui galèrent, à se loger, à manger. On sent monter l'injustice. Il y a des gens qui ont se font plaisir, d'autres qui sont dans la galère" conclut-il.  

Sur le même sujet

Côte-d'Or : le ministre de l'Agriculture ouvre le dialogue

Les + Lus