ESBF-Metz en finale de Coupe de France de handball : "On a bien l'intention de poser beaucoup de problèmes à Metz"

Les joueuses prennent ce vendredi la direction de Paris, à la veille de la grande finale de la Coupe de France, qui oppose l'ESBF à Metz. Les Bisontines jouent leur première finale de la compétition depuis 17 ans. Nous les avons rencontrées avant le départ lors d'un des derniers entrainements.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Metz, ça reste un gros adversaire". En affrontant samedi les Messines en finale de coupe de France ce samedi 11 juin à l'AccorHotels Arena Paris, l'entraineur de l'ESBF Sébastien Mizoule le sait : la partie est loin d'être gagnée. Les joueuses ont elles aussi conscience de la difficulté. Metz est le premier club de D1.

Mais les Bisontines comptent bien se battre. "On a bien l'intention de poser beaucoup de problèmes à Metz", souligne Camille Aoustin, ailière gauche à l'ESBF et ancienne joueuse de Metz. "On sait que Metz est une grosse écurie alors il va pas falloir jouer comme d'habitude", analyse Pauline Robert, capitaine de l'ESBF. "Faut qu'on leur tende un maximum de pièges. Pour cela, nous avons mis en place de nouvelles stratégies".

Les Bisontines retrouvent leurs meilleures ennemies lors d'une finale de coupe de France. Être en finale d'une Coupe de France, ce n'était plus arrivé depuis 17 ans. Au début des années 2000, l'ESBF est au sommet. Les Bisontines s'emparent de quatre Coupes de France en moins de 5 ans (2001, 2002, 2003 et 2005), dont deux face à Metz.

Mais depuis, les Messines ont pris le large avec un total de 9 victoires. Les Messines, Camille Aoustin les connait bien. L'ailière gauche bisontine a remporté avec elles la finale de la Coupe de France en 2017. "J'espère qu'on va faire la même chose ce weekend", espère-t-elle. "Nous y allons avec de bonnes intentions, mais tout est possible".

durée de la vidéo : 00h01mn51s
Les joueuses prennent ce vendredi la direction de Paris, à la veille de la grande finale de la Coupe de France, qui oppose l'ESBF à Metz. Les Bisontines jouent leur première finale de la compétition depuis 17 ans. Nous les avons rencontrées avant le départ lors d'un des derniers entrainements. ©Guillaume PETIT et Laurent BROCARD / FranceTélévisions

Metz grand favori

Face au grand favori, l'ESBF fourbit malgré tout ses armes. "L'approche est un peu différente car là nous avions une pause de trois semaines donc il faut garder une dynamique", explique Camille Aoustin. "Par contre cela nous laisse un peu plus de fraicheur et de temps pour préparer la tactique."

L'entraineur Sébastien Mizoule entend bien capitaliser sur les avancées de la saison : deux places gagnées en D1 par rapport à la saison dernière. L'ESBF est désormais 4ème. "Si j'y croyais pas, je serais déjà sous cocotiers", déclare-t-il. "Je crois en mon équipe et à notre capacité à gagner tous les matchs. Nous l'avons prouvé, que ce soir sur la scène européenne ou en championnat. On nous annonce sûrement perdant, avec 1% de chance de gagner. Mais si ce 1% on le joue à 1000%, pourquoi pas !"

Mais qu'elles réalisent l'exploit ou non, il y a 100% de chance que les Bisontines soient accueillies comme des reines au Palais des Sports de Besançon ce dimanche. Une fête ouverte au grand public sera organisée à 13h30 pour les accueillir à leur retour. Retrouver les chemins d'une finale mérite déjà d'ouvrir le champagne.

L’ESBF organise aussi un déplacement de supporters pour rejoindre l’Accor Arena de Bercy pour encourager les Engagées.