Harcèlement sexuel à la SNCF de Franche-Comté : 12 jours de mise à pied pour l'agent mis en cause requis

Dans l’affaire de faits de harcèlement sexuel reprochés à un agent de la SNCF en Franche-Comté : 12 jours de mise à pied et une mutation disciplinaire pour l’agent concerné ont été requis.

L’affaire remonte au mois de mai dernier lorsqu’un droit d’alerte est déposé au CSE (Comité social et économique). « On s’est rendu compte par une alerte d’une collègue que c’était une affaire beaucoup plus large, donc on a déposé un droit d’alerte le 27 mai au CSE » raconte Raphaëlle Manière, pilote de la cellule de veille contre les violences sexistes et sexuelles à la CGT.

Une enquête interne est diligentée à la SNCF et il s’avère que les faits remontent parfois à plusieurs années. Sept femmes, salariées, prestataires ou voyageuses sont concernées et rapportent avoir été harcelées sexuellement par un homme, agent de la SNCF.

La direction de la SNCF a pris l'affaire très au sérieux et à l'issue de cette enquête, l'agent SNCF incriminé (un cheminot) est passé devant le conseil de discipline qui a requis 12 jours de mise à pied avec mutation disciplinaire. Il appartient maintenant au directeur régional de valider ou non cette sanction. Il dispose d'un mois pour se prononcer. 

 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité