Harcèlement sexuel à la SNCF de Franche-Comté : 12 jours de mise à pied pour l'agent mis en cause requis

Dans l’affaire de faits de harcèlement sexuel reprochés à un agent de la SNCF en Franche-Comté : 12 jours de mise à pied et une mutation disciplinaire pour l’agent concerné ont été requis.

L’affaire remonte au mois de mai dernier lorsqu’un droit d’alerte est déposé au CSE (Comité social et économique). « On s’est rendu compte par une alerte d’une collègue que c’était une affaire beaucoup plus large, donc on a déposé un droit d’alerte le 27 mai au CSE » raconte Raphaëlle Manière, pilote de la cellule de veille contre les violences sexistes et sexuelles à la CGT.

Une enquête interne est diligentée à la SNCF et il s’avère que les faits remontent parfois à plusieurs années. Sept femmes, salariées, prestataires ou voyageuses sont concernées et rapportent avoir été harcelées sexuellement par un homme, agent de la SNCF.

La direction de la SNCF a pris l'affaire très au sérieux et à l'issue de cette enquête, l'agent SNCF incriminé (un cheminot) est passé devant le conseil de discipline qui a requis 12 jours de mise à pied avec mutation disciplinaire. Il appartient maintenant au directeur régional de valider ou non cette sanction. Il dispose d'un mois pour se prononcer. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports