• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

L'instant champignons : le lactarius salmonicolor

© Jean-Michel Bohé / France 3 Franche-Comté
© Jean-Michel Bohé / France 3 Franche-Comté

L’automne bat son plein et les champignons recommencent à tapisser nos forêts, mais ils ne sont pas tous comestibles. Pour vous aider à vous y retrouver voici l’instant champignons, qui met à l’honneur cette semaine le lactarius salmonicolor.

Par Morgane Hecky

Partir à la cueillette aux champignons est une tradition automnale. Mais avant de remplir votre panier des premiers fongus rencontrés, assurez-vous de connaître la variété de ces derniers. 
L'instant champignons : le lactarius salmonicolor
 

Zoom sur le lactarius salmonicolor

Il existe environ 80 espèces de lactaires répertoriés en France. On vous aide à reconnaître le lactarius salmonicolor au milieu de ses congénères.
Le lactaire saumon tient son nom de sa couleur tirant entre le orange et le jaune. Ce champignon de belle taille est une espèce que l'on retrouve sous les sapins, à ne pas confondre avec le lactaire délicieux, qui ne pousse que sous les pins.

On peut le croiser en forêt de septembre à novembre. En cas d'entaille dans ces lamelles un lait orange apparaît : les lactaires qui ont un lait blanc, rosé ou jaunissant doivent être écartés car certains sont toxiques.


De la cueillette à l'assiette 

Comestible, sa saveur légèrement amère en fait un champignon de moyenne qualité. Bien que le lactarius salmonicolor ne soit pas toxique, il peut être désagréable en bouche. Il trouvera sa place dans votre panier en petite quantité pour rallonger une cueillette un peu courte, mais n'en sera jamais la star. 

Informations utiles

En France un quart des forêts sont gérées par l’ONF. Les trois quarts restantes appartiennent à des particuliers, et en principe il faut solliciter l'autorisation du propriétaire pour partir à la cueillette.

  • Le ramassage non autorisé est puni d'une amende pouvant aller jusqu'à 150 euros.
  • Si le ramassage est supérieur à 5 litres, l'amende peut aller jusqu'à 750 euros (Code forestier, art. R.331-2).

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus