• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Le Haras de Cluny se restructure en accueillant des artistes et des spectacles équestres

Le haras national de Cluny accueille des artistes en résidence. / © Institut Français du Cheval et de l'Equitation (IFCE)
Le haras national de Cluny accueille des artistes en résidence. / © Institut Français du Cheval et de l'Equitation (IFCE)

" Le pouvoir de la plume" c’est le nom du spectacle que  propose le Haras de Cluny pour Noël. On est loin du 19e siècle, quand il s'occupait essentiellement de la reproduction des chevaux. Depuis, il a dû diversifier ses activités et accueille des artistes équestres en résidence.
 

Par Fatima Larbi

Cela fait plus de 200 ans qu'à Cluny la vie est rythmée par le bruit des sabots des chevaux. C’est là, à l’ombre d’une abbaye millénaire, que se trouve un des vingt-quatre  Haras nationaux. Régulièrement, il accueille et propose des spectacles équestres, notamment à l’occasion des fêtes de Noël.

►Le haras de Cluny, un lieu d’histoire


Situé au pied de l’abbaye, le Haras de Cluny a vu le jour sous Napoléon. Les premiers étalons se sont installés dans les écuries Saint-Hugues en 1807. A l’origine, l’administration des Haras, organisée par Colbert, était là pour répondre aux besoins de chevaux pour la guerre, en assurant leur reproduction. A la fin du 19e siècle, Cluny a accueilli jusqu’à 150 chevaux.
Le Haras de Cluny, un lieu chargé d'histoire. / © France 3 Bourgogne
Le Haras de Cluny, un lieu chargé d'histoire. / © France 3 Bourgogne

Aujourd’hui, le Haras de Cluny dépend de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE)  qui regroupe les Haras nationaux et l’école nationale d’équitation (Cadre noir de Saumur).
Les temps ont changé, les chevaux ne servent plus à la guerre et pour survivre les Haras doivent se tourner vers d’autres activités.

►Le Haras de Cluny aujourd’hui


Pour continuer à promouvoir la filière cheval, le Haras de Cluny s'est spécialisé dans les activités culturelles.

Depuis 2014, à Cluny,  le Haras national ne s’occupe plus de reproduction, ce sont des éleveurs privés qui le font. Il lui a donc fallu se reconvertir.

"Cluny, terre du cheval !", en 2008, c'est sous ce slogan que se décline le projet Equivallée. Pour pérenniser la présence de l’activité sur le territoire, en juin 2017, un groupement d’intérêt public est créé, il prend pour nom "Equivallée Haras nationaux de Cluny".

C'est d'abord un grand complexe sportif 
. Actuellement les écuries hébergent une trentaine de chevaux (dont huit appartiennent aux Haras).

C’est aussi un pôle à vocation touristique et culturelle qui accueille des artistes équestres en résidence.
Le Haras de Cluny
En 2016, le haras géré par lFCE, l'Institut Français du Cheval et de l'Equitation s'est retrouvé à un nouveau tournant de son histoire.


►Un spectacle équestre de Noël au Haras de Cluny


Depuis 2007, le Haras de Cluny accueille des artistes en résidence. Il propose au public de nombreux spectacles.

Et qui dit fête de Noël, dit aussi conte de Noël, et pourquoi pas le raconter avec un spectacle équestre ? Surtout quand il a pour nom "Le pouvoir de la plume".
Ce conte équestre est proposé au public du samedi 22 décembre 2018 au dimanche 6 janvier 2019, sous un chapiteau. 
C'est une histoire pleine de rebondissements qui allie théâtre et prouesses équestres. Elle met en scène un auteur qui écrit une histoire "en live": toujours muni de son livre, de sa plume et de son encre magique, le personnage rectifie son récit selon la situation qu'il vit.

Chaque jour de spectacle, le public peut aussi participer à une visite guidée et découvrir les écuries du 19e, la sellerie d’honneur et les collections de voitures hippomobiles, symboles de l’histoire prestigieuse de ce lieu.
Spectacle équestre au haras de cluny (Noël 2017)
Trois cavalières et 12 Chevaux pour entrer dans la magie de Noël grâce à un conte fantastique : "Et s’il suffisait d’y croire…"

Une activité culturelle et des spectacles qui permettent à Cluny de rester une véritable vitrine du cheval.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Quel avenir pour la maison Colette de Besançon ?

Les + Lus