Affaire Alexia Daval : psychologie et dynamique du couple seront au cœur du procès de Jonathann Daval

À quelques jours du procès du mari d’Alexia Daval jugé pour meurtre sur conjoint devant les assises de Haute-Saône, nous avons rencontré ses avocats. Interviews.

 Alexia Daval et son mari Jonathann lors de leur mariage.
Alexia Daval et son mari Jonathann lors de leur mariage. © DR
Du 16 au 20 novembre 2020, Jonathann Daval sera extrait chaque jour de la prison de Dijon. Il y est incarcéré depuis fin janvier 2018 après avoir avoué le meurtre de sa femme Alexia, une employée de banque de 29 ans, un soir de dispute au domicile du couple à Gray-la-Ville en Haute-Saône. 
Régulièrement, les avocats ont multiplié les rencontres avec leur client. Encore plus ces dernières semaines. “Le procès approche, il y a une certaine appréhension du côté de Jonathann Daval, même s’il attend ce procès. Il souhaite s’expliquer librement” explique Me Ornella Spatafora. 
 
Jonathann Daval en novembre 2017 à Gray en Haute-Saône lors des obsèques de son épouse Alexia.
Jonathann Daval en novembre 2017 à Gray en Haute-Saône lors des obsèques de son épouse Alexia. © SEBASTIEN BOZON / AFP

Jonathann Daval a quitté sa cellule ces dernières semaines, pour un service pénitentiaire médical

Depuis près d’un mois, Jonathann Daval, 35 ans, ne séjourne plus dans sa cellule, mais au sein du service médico-psychologique régional (SMPR) où il avait déjà été pris en charge au début de son incarcération.
“Il est retourné au sein de ce service, parce qu'on voulait qu’il puisse se reposer avant le procès, qu’il soit dans de bonnes conditions, car la détention est fatigante. S’il ne rencontre pas les détenus physiquement, les détenus l’interpellent au travers des fenêtres y compris la nuit, ce qui l’empêche de dormir” ajoute l’avocate de Jonathann Daval.
Depuis bientôt trois ans, Jonathann Daval est seul dans une cellule. “Il a perdu pas mal de poids, c’est quelqu’un qui vit sa détention avec une certaine souffrance, et ça se voit” complète Me Randall Schwerdorffer. 
Me Ornella Spatafora, avocate de Jonathann Daval
Me Ornella Spatafora, avocate de Jonathann Daval © Denis Colle - France Télévisions

Comprendre le mécanisme au sein du couple, qui mène ce soir-là au drame

On sait déjà beaucoup de choses de celle qui est devenue l”’affaire Alexia Daval”. Aveux, mensonges, puis nouveaux aveux. Jonathann Daval a fini par livrer lors de la reconstitution des faits en juin 2019, le dramatique scénario qui s’est noué ce soir d’octobre 2017 entre les deux époux. La justice et les jurés vont lors de ce procès chercher à comprendre, comment ce couple ordinaire de province, a pu en arriver aux mains, aux mains qui frappent, qui étranglent et donnent la mort. 
“La psychologie et la dynamique du couple seront au cœur du procès” estime Me Schwerdorffer. Le soir du drame, “Jonathann Daval n’est pas seul, Alexia Daval n’est pas seule. Pour qu’il se passe ce qui s’est passé, il faut les deux, il faut comprendre comment les deux conjoints fonctionnent. C’est la combinaison de cet homme et de cette femme qui vont faire cette affaire extraordinaire"
Photo d'Alexia diffusée par la gendarmerie.
Photo d'Alexia diffusée par la gendarmerie. © Facebook de la gendarmerie de Haute-Saône
Fin janvier 2018 au moment des aveux de Jonathann Daval, l’avocat avait défendu son client en pointant devant les journalistes, la personnalité “écrasante” selon lui d’Alexia Daval. Ce qui avait déclenché la colère de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat aux droits de la femme. 
“Jonathann Daval est un garçon très introverti, très en retrait, très à l’écoute. Ce n’est pas lui qui va imposer quoi que ce soit. Ce garçon a une force, c’est la charge émotionnelle qu’il peut dégager. Ce qu’on attend de ce procès, c’est que les jurés, les magistrats professionnels puissent voir qui il est sans le barrage médiatique. Jonathann Daval est un garçon ordinaire qui a commis un tel acte en décalage avec sa personnalité” estime Me Ornella Spatafora. “C’est un garçon qui en trois ans a pris beaucoup de recul, sur son histoire, sur sa vie. C’est un garçon qui sera en capacité, je pense, de s’exprimer sur les raisons qui ont conduit à un tel acte” ajoute la jeune avocate bisontine.

Un détenu modèle, Jonathann Daval aime l’ordre et la propreté dans sa cellule

En prison à Dijon, Jonathann Daval occupe son temps comme il peut. Jour après jour. Il a pris des cours de cuisine, de pâtisserie, il emprunte des livres, et fait beaucoup de sport en détention, selon ses avocats. 
Le personnel pénitentiaire le considère comme un détenu modèle, méticuleux. Cellule parfaitement rangée, très propre. Jonathann Daval demande régulièrement à pouvoir nettoyer et récurer son lieu de vie carcéral. 
Sa vie de détenu est rythmée par les visites de sa famille. Trois visites autorisées par semaine. La famille Daval n’a jamais failli dans son soutien. Martine Henry, sa maman, est très présente, et des rondes s’organisent au sein de la famille pour que le parloir ne soit jamais vide. 
Me Randall Scwherdorffer avocat de Jonathann Daval
Me Randall Scwherdorffer avocat de Jonathann Daval © Denis Colle - France Télévisions

Jonathann Daval n’a jamais évoqué avec ses avocats la peine qu’il encourt

Pour le meurtre de sa femme, le jeune informaticien encourt une peine à perpétuité. “Il y a quelque chose de très singulier chez lui, il n’a jamais envisagé, ni abordé avec nous ses avocats, le problème de la peine”  argumente Me Schwerdorffer. Un fait très rare chez un prévenu. “Il s’est passé ce soir-là un drame. Son épouse est morte, il va s’exprimer sur ce qui s’est passé. Il n’est pas là pour rendre des comptes. Il est là pour participer aux débats qui vont permettre de comprendre le mécanisme de son couple, et les tenants et les aboutissants de ce passage à l’acte, totalement imprévisible de part sa personnalité, et son histoire de vie de couple” conclut l'avocat.


“Jonathann aimait sa femme, aimait ses beaux-parents”


La famille de Jonathann Daval pourra assister au procès. Un soulagement pour Martine Henry, sa maman. “Ce procès ne me fait pas peur. Il arrivera ce qu’il arrivera, mon fils je l’aimerai toujours” confie-t-elle. “Jonathann sait qu’il va avoir une grosse peine, nous aussi, on s’est basé sur la plus haute, la perpétuité, comme cela on ne sera pas déçus" ajoute-t-elle. Martine Henry pense que son fils aura des choses à dire. S’il a perdu beaucoup de poids au printemps, il a repris des forces et est suivi par une psychologue. “Quand on va le voir à la maison d’arrêt, ce n’est pas trop pour parler de ce qu’il a fait. Ce n’est pas de cela dont il a besoin. Il veut savoir comment on va, ce qui se passe dehors, les choses de la vie…”. Aujourd’hui, “ce n’est pas difficile d’être la maman de Jonathann Daval, c’est mon fils. Pour moi, c’est difficile, car on ne l’a pas avec nous. Je comprends la famille d’Alexia. Ils ont perdu leur fille. Je les comprends très bien, mais Jonathann aimait sa femme, aimait ses beaux-parents” dit-elle. Qu’attend Martine Henry de ce procès et du face-à-face avec les parties civiles ?  “On ne va pas là-bas pour un combat, on y va pour avoir la vérité et sereinement, pour avoir un procès équitable” conclut la maman de l’accusé.
 
Martine Henry, la mère de Jonathann Daval, ne croit pas à la culpabilité de son fils
Martine Henry, la mère de Jonathann Daval, ne croit pas à la culpabilité de son fils © Guillaume Le Gloff / France 3

“Nous ne sommes pas concernés par le débat sur le féminicide” estime l’avocat de Jonathann Daval

Les avocats du mari d’Alexia souhaiteraient que, dans la salle de la cour d’assises, Jonathann Daval puisse s’exprimer sans masque. Le procès s’annonce très médiatisé, près de 45 journalistes ont été accrédités pour en rendre compte. La mort d’Alexia que l’on croyait disparue après avoir fait un jogging, avait fait écho dans toute la France. L’avocat prévient d’avance : “On ne défendra pas lors de ce procès un féminicide, nous sommes devant une affaire d’homicide qui n’a strictement rien à voir. Elle peut être qualifiée soit d’homicide, soit de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Nous ne sommes pas concernés par le débat sur le féminicide. C’est un mauvais débat... Les associations ne doivent pas s’emparer de ce procès. C’est le procès de Jonathan Daval”.

Reste que pour la famille d’Alexia, le vide est là. La jeune femme a bien trouvé la mort sous les coups de son mari. Sur la sépulture d’Alexia Daval, sa famille a, depuis les aveux de Jonathann, fait enlever le nom Daval.
 
Affaire Alexia Daval : les soutiens de Jonathann à son procès devant les assises
► Reportage C.Jeannin, D.Colle avec  Martine Henry, mère de Jonathann Daval, Me Ornella Spatafora et Me Randall Schwerdorffer, avocats de Jonathann Daval.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire alexia daval faits divers justice société