L'avenir du SMUR de Lure : entre pénurie de médecins et guerre de territoires

Les habitants et élus de Lure n'ont sans doute pas oublié la grande mobilisation de 2013 qui a permis alors de sauver leur service mobile d'urgence. Sept ans plus tard, de nouvelles menaces planent sur la présence du SMUR dans la cité du sapeur Camember.
En Haute-Saône, les urgences souffrent comme partout en France du manque de médecins
En Haute-Saône, les urgences souffrent comme partout en France du manque de médecins © F.Petit
 

Quelle est la situation actuelle ?


Actuellement, en Haute-Saône, il y a un SMUR (service mobile d’urgence et de réanimation) à Vesoul, un autre à Lure et rien à Luxeuil. La ville a perdu son SMUR il y a un peu plus d’1 an et depuis le début de la crise du Covid, il n’y a quasiment plus de service d’accueil d’urgence.

Pour faire fonctionner les urgences de ces trois villes, il faut 24 médecins. Or aujourd’hui, il en manque 8 à 10.
 
© J.Chevreuil
 

Réorganiser pour être plus équitable


Dans ce contexte, Frédéric Burghard le maire (divers droite) de Luxeuil qui est aussi président du conseil de surveillance du Groupe hospitalier de Haute-Saône estime qu’il est normal de réfléchir à une nouvelle réorganisation.
 

Il n’est pas gravé dans le marbre que c’est Lure qui doit ouvrir en permanence
Frédéric Burghard le maire de Luxeuil


Redistribuer les cartes, cela signifie, soit recruter en masse mais les médecins ne se bousculent pas au portillon, soit repartir à la rentrée de septembre avec un système plus efficace. Et Frédéric Burghard propose « en attendant de fonctionner correctement sur les trois sites de trouver une solution pour pouvoir alterner entre Lure et Luxeuil. J'essaie d'organiser en toute équité l'accès aux soins d'urgence. Il n’est pas gravé dans le marbre que c’est Lure en plus de sa proximité avec les urgences de l’hôpital  médian qui doit ouvrir en permanence moi je milite pour une alternance entre Lure et Luxeuil de manière à donner la même chance à tous les habitants de Haute-Saône. »



Du côté de l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté, on préfère parler de « maillage ». Son président Pierre Pribile a démenti la disparition du SMUR de Lure lors d’un point presse hebdomadaire concernant la crise sanitaire (le 29 mai 2020) en expliquant « On travaille à stabiliser notre maillage. Bien sûr que c’est difficile de recruter des médecins. Lure appartient à un groupement hospitalier. Lure n’est pas tout seul et la stratégie consiste bien à garder un maillage sur ce secteur ».
 
La ville de Lure a déjà perdu de très nombreux services publics ces dernières années
La ville de Lure a déjà perdu de très nombreux services publics ces dernières années © F.Petit
 

« C'est tout à fait inacceptable … Si c’est ça le jour d’après nous n’en voulons pas ».
Eric Houlley maire PS de Lure



Inutile de dire que du côté de la mairie de Lure, on ne voit pas exactement les choses de la même manière. Pour Eric Houlley, le maire PS de la cité luronne « c’est tout à fait inacceptable au moment où on appelle à un Ségur de la santé, on commence à donner les mêmes signes qu’avant. Si c’est ça le jour d’après, nous n’en voulons pas. Il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul. Je pense que ce n’est pas la bonne approche. Il faut défendre la présence de ses soins de proximité dans nos territoires ruraux.

Moi je défends des SMUR sur les trois sites (Vesoul, Lure et Luxueil). La période très douloureuse sur le plan sanitaire que nous venons de traverser montre que les services de santé de proximité sont indispensables.»

 
Le SMUR de Lure à nouveau menacé



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société politique région bourgogne franche-comté