Bac 2022 : Reconnue HPI, haut potentiel intellectuel, Odycée passe le bac à seulement 14 ans

Publié le Mis à jour le
Écrit par Chloé Bouchasson avec Rémy Poirot

Ah le bac, ce fameux rite de passage qui marque la transition entre l’adolescence et l’âge adulte. Au moment des épreuves, certains ont 17 ans, d’autres 18. Mais Odycée, elle, a seulement 14 ans et est déjà en train de passer l’examen.

Alors que ses amis du même âge passent le brevet, Odycée passe le baccalauréat dans le département de la Haute-Saône. Elle est l’une des plus jeunes candidate de France cette année. Le candidat le plus jeune a s'être présenté à l'examen avait 11 ans et 7 mois, c'était en 2019. Si l'adolescente peut passer l'examen a seulement 14 ans, c’est parce qu’elle a été reconnue HPI, Haut Potentiel Intellectuel, et qu’elle a sauté plusieurs classes. En décembre 2019, alors qu’elle est collégienne, elle apprend qu’après les vacances de Noël, elle entrera en classe de seconde au lycée. Elle a alors 12 ans. Évidemment, en arrivant elle est quelque peu désorientée, « c’est difficile de passer d’un bout d’année à un autre, avec des établissements, des matières et des profs différents ». En cours de sciences-économiques, c’est difficile parce que, forcément, à 12 ans on ne s’intéresse pas à l’économie. Avec les autres, aussi, c’est difficile. On la rejette parfois.

Mais depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Cela fait deux ans et demi qu’Odycée est au lycée Louis Aragon d’Héricourt en Haute-Saône, et elle est désormais une élève de terminale (presque) comme les autres. Son amie Anaïs, qui a trois ans de plus qu’elle et qui est dans sa classe, observe, « on ne voit pas la différence d’âge parce qu’elle a su s’adapter aux personnes qui l’entourent ». Et ajoute, « elle a toute sa place ici. Si elle a sauté des classes c’est qu’elle est capable de le faire ». Comme ses camarades, Odycée a déjà passé les épreuves de spécialités du bac et prépare actuellement son grand oral. Loin de sembler impressionnée, elle compte bien relever ce challenge haut la main.

Le goût du challenge

S’il est évident qu’Odycée a des facilités à l’école, elle n’est pas pour autant du genre à se reposer sur ses acquis. Se challenger, se confronter à plus fort qu’elle, être en compétition, voilà ce qui la fait vibrer. Dans sa chambre d’adolescente, trophées de badminton et écharpes de miss s’entassent. Celle qui n’aime pas s’ennuyer consacre son temps libre à ses deux passions.

C’est une compétitrice, quand elle y va, c’est pour gagner

Corinne, sa maman

Et là aussi, Odycée excelle. En 2021, elle est élue première dauphine de miss 13/15 Haute-Saône puis enchaîne en décrochant la couronne de miss 13/15 Franche-Comté. Une fierté pour Corinne sa maman qui l’encourage et l’accompagne dans ses passions, « en tant que parent, ce qui est important c’est qu’elle soit épanouie ». À côté de sa couronne exposée sur une étagère dans sa chambre, Odycée a placé de nombreuses coupes obtenues lors de compétitions de badminton. En simple dames ou en binôme, la jeune fille aime taquiner le volant. Depuis plusieurs années, les trophées s’entassent et ces bons résultats lui ont permis de participer au championnat de France jeunes de badminton à Mulhouse, dans la catégorie simple dames.

Je vis de mes cours, des miss et de mon sport

Odycée

Entre entraînements de badminton, répétition avec les miss et révisions pour le bac, Odycée a donc un emploi du temps bien rempli pour son plus grand bonheur. « Si je m’ennuie, c’est perdu. Il faut que ce soit dynamique ».

► C'est l'une des plus jeunes candidates au baccalauréat de France. A Brévillers en haute Saône, nous avons rencontré la jeune surdouée Odycée... Reportage R.Poirot, A.Laroche avec Odycée Durupt - Anaïs, Amie d'Odycée - Corinne Durupt, Mère d'Odycée

Si Odycée obtient son baccalauréat, le prochain défi qu’elle devra relever sera son entrée à l’université en septembre prochain à seulement 15 ans. Malgré quelques difficultés administratives dues à son jeune âge, de nombreuses dérogations sont nécessaires, Odycée entamera des études de droit à Besançon dans l’optique de devenir criminologue.