Coronavirus : En Haute-Saône, le tourisme fluvial se prépare à un été avec peu d'étrangers et pas mal d'incertitudes

Si le déconfinement est annoncé le 11 mai en France, la présence ou pas des étrangers cet été sur notre territoire aura un impact sur les professionnels du tourisme fluvial. Ils commencent déjà à réfléchir comment se réinventer et s'adapter.
Balade sur la Saône
Balade sur la Saône © Office de Tourisme CCCombes
Stéphane Parrinello est un professionnel du tourisme fluvial, il est installé à Savoyeux en Haute-Saône et propose une location de bateaux sans permis pour profiter de la Saône voisine. Depuis le début du confinement, tout est à l'arrêt, il est interdit de naviguer. Pour son entreprise, concrètement, toutes les réservations d'avril à mi juin ont été annulées et l'après n'est pas forcément rassurant puisque la clientèle étrangère qui représente 70% ne sera pas au rendez-vous cette année. Cette crise sanitaire sans précédent voit s'envoler 85 à 90% du chiffre d'affaires en terme de location de la structure de Stéphane Parrinello. Ses 14 bateaux restent donc à quai et les 3 qu'il avait commandés pour cette nouvelle saison risquent de prendre le même chemin. 
 
Port de Soyeux
Port de Soyeux © Saône Plaisance


Absence de visibilité pour l'après

Mêmes si les bateaux pourront à nouveau naviguer dès le 29 mai prochain, les professionnels du tourisme fluvial regrettent un manque de visibilité du gouvernement pour l'après confinement. En l'absence de la clientèle étrangère, ils aimeraient que les proches voisins des autres départements français viennent profiter des bateaux sur la Saône. Le problème, aucune consigne n'est clairement donnée pour le moment en ce qui concerne les gestes et mesures barrières pour les bateaux de location. 


 
Port de Soyeux
Port de Soyeux © Saône Plaisance
 

Une inquiétude partagée tout au long de la Saône 

En remontant la Saône, nous traversons le territoire de la commune des Combes, très souvent des petites pénichettes, petits bateaux se laissent aller au fil de l'eau. Ce territoire s'étend sur une zone rurale de 27 villages soit 7500 habitants. Sur une vingtaine de kilomètres, la rivière offre un havre de paix en pleine nature.

Comme à Soyeux, le paysage a changé depuis le début du confinement, puisqu'il est interdit de naviguer depuis le 17 mars sur les voies fluviales. Le coronavirus joue les troubles fêtes, et chez les professionnels du tourisme, tout est à réécrire pour l'été qui approche. 

 
Tunnel de St Albin sur la Saône
Tunnel de St Albin sur la Saône © Office de Tourisme CCCombes
 

Une saison touristique à réinventer 

Dans ce territoire dynamique, pas question de sombrer face à ce proche avenir qui s'annonce plein d'incertitudes. Il faut dire que même s'il est annoncé un possible retour des bateaux le 29 mai sur la Saône, les visiteurs fluviaux étrangers qui viennent d'Allemagne, du Luxembourg ne seront sûrement pas de passage cette année. Les frontières risquent de rester fermées.

Non loin de Scey-sur-Saône, il est également possible de louer des petites pénichettes à une société privée. Mais comme nous l'explique, Alexandra Michon, responsable du tourisme à la Communauté de Communes des Combes, aucune directive n'est donnée pour l'instant à ces professionnels qui louent des embarcations pouvant accueillir jusqu'à 10 personnes. 


 

Pêche sur la Saône
Pêche sur la Saône © Office de Tourisme CCCombes

 

Réadapter l'offre touristique 

La saison dernière, ce petit territoire de Haute-Saône a vu passer plus de 7000 touristes sur une zone de 7300 habitants, ce qui est très encourageant.

Cette année, toute l'équipe de l'office du tourisme était très heureuse de préparer en janvier cette nouvelle saison avec plein de projets. Il était envisagé par exemple le retour des croisières sur la Saône cet été et d'autres animations pour faire vivre toute la commuanuté de communes, que ce soit les commerces ou les lieux d'hébergements. 

Le coronavirus a balayé certains projets mais a créé une nouvelle dynamique pour réfléchir à d'autres formes de tourisme. Si la restriction de déplacement de 100 km est maintenue cet été, l'idée de valoriser ce secteur fluvial de Haute-Saône au sein même de la région Bourgogne Franche-Comté est une piste, explique Alexandra Michon. "Pourquoi ne pas imaginer par exemple un partenariat avec un territoire du Jura, que nous pourrions valoriser chez nous, et de son côté, il parlerait de nous, cela nous permettrait d'attirer une clientèle régionale" précise Alexandra Michon responsable tourisme Communauté de Communes des Combes.   
                                                                                                                               
Des touristes qui ne viendraient plus forcément de loin, mais à qui on pourrait proposer des activités en lien avec le cadre naturel de l'endroit (forêts, balades, pêches...).

 

balade en forêt
balade en forêt © Office de Tourisme CCCombes
 

Les habitants porteurs de ce nouveau projet touristique 

Alexandra Michon, responsable du tourisme à la Communauté de Communes des Combes envisage une autre piste de travail, plus locale avec les habitants du territoire. Sa réflexion fait suite à ce confinement qui a freiné les rencontres familiales ou entre amis. 

Peut-être que les habitants de notre territoire vont accueillir leurs familles, heureux de se retrouver plusieurs jours, ce qui n'était peut-être pas le cas avant. A nous de travailler avec eux pour des activités sur la durée 

La Saône
La Saône © Office de Tourisme CCCombes
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 tourisme économie confinement : envie d'évasion santé société balades en été