• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Suicide à Esmoulins : aucun lien avec le meurtre d’Alexia Daval

En janvier 2018, la découverte d'un corps à Esmoulins avait éveillé les soupçons. / © France 3
En janvier 2018, la découverte d'un corps à Esmoulins avait éveillé les soupçons. / © France 3

En janvier, le corps d’un homme était retrouvé à une centaine de mètres du lieu où avait été découvert celui d’Alexia Daval. A la demande de l’avocat de la famille d’Alexia, maître Florand, l’ADN de l’homme a été comparé avec celui trouvé sur la scène du crime.
 

Par P.S.

Le 6 janvier dernier, un homme est retrouvé mort dans son cabanon à Esmoulins, près de Gray. A une centaine de mètres de l'endroit où avait été retrouvé deux mois plutôt le corps d'Alexia Daval.

L'enquête concluera à un suicide par arme à feu. Jean-Marc Florand, l'avocat des parents d'Alexia, se pose des questions sur ce suicide.

Il va demander à ce que l'ADN de l’homme ayant mis fin à ses jours soit comparé avec les traces d’ADN retrouvées à proximité du corps d'Alexia Daval.
Suicide à Esmoulins : aucun lien avec le meurtre d’Alexia Daval
Sujet : Frédéric Buridant

Des fragments d'ADN  qui n'appartiennent pas à Johnatan Daval. Alors à qui appartiennent-ils ?
La science a finalement parlé : il n'y a aucun lien ADN entre le suicidé d'Esmoulins et la scène de crime où a été retrouvé  le corps d'Alexia.

Des traces d’ADN qui ne correspondent pas non plus à celui de Grégory Gay, le beau-frère d’Alexia, ni de Stéphanie, la sœur ou des parents d'Alexia.

La provenance de ces autres traces d'ADN serait liée à un phénomène naturel qui n'aurait aucun lien avec le meurtre de la jeune femme.

 

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus