Suicide à Esmoulins : aucun lien avec le meurtre d’Alexia Daval

En janvier, le corps d’un homme était retrouvé à une centaine de mètres du lieu où avait été découvert celui d’Alexia Daval. A la demande de l’avocat de la famille d’Alexia, maître Florand, l’ADN de l’homme a été comparé avec celui trouvé sur la scène du crime.
 

En janvier 2018, la découverte d'un corps à Esmoulins avait éveillé les soupçons.
En janvier 2018, la découverte d'un corps à Esmoulins avait éveillé les soupçons. © France 3
Le 6 janvier dernier, un homme est retrouvé mort dans son cabanon à Esmoulins, près de Gray. A une centaine de mètres de l'endroit où avait été retrouvé deux mois plutôt le corps d'Alexia Daval.

L'enquête concluera à un suicide par arme à feu. Jean-Marc Florand, l'avocat des parents d'Alexia, se pose des questions sur ce suicide.

Il va demander à ce que l'ADN de l’homme ayant mis fin à ses jours soit comparé avec les traces d’ADN retrouvées à proximité du corps d'Alexia Daval.
Suicide à Esmoulins : aucun lien avec le meurtre d’Alexia Daval

Des fragments d'ADN  qui n'appartiennent pas à Johnatan Daval. Alors à qui appartiennent-ils ?
La science a finalement parlé : il n'y a aucun lien ADN entre le suicidé d'Esmoulins et la scène de crime où a été retrouvé  le corps d'Alexia.

Des traces d’ADN qui ne correspondent pas non plus à celui de Grégory Gay, le beau-frère d’Alexia, ni de Stéphanie, la sœur ou des parents d'Alexia.

La provenance de ces autres traces d'ADN serait liée à un phénomène naturel qui n'aurait aucun lien avec le meurtre de la jeune femme.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire alexia daval faits divers affaire alexia justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter