Alain Blinette, président de la communauté de communes du Val de Gray en Haute-Saône était poursuivi pour favoritisme et détournements de fonds publics dans la construction du technocentre de Gray.

Alain Blinette relaxé. Tout comme Philippe Loersch qui gérait la société Capsor. Le 7 janvier 2021, les deux hommes avaient comparu devant le tribunal correctionnel. 

Lors de la création d’un technocentre à Gray spécialisé dans les métiers de la soudure, Alain Blinitte était soupçonné d’avoir attribué le marché à une connaissance, sans ouverture aux marchés publics. Les faits remontent à 2015.  La justice le soupçonnait d'avoir "saucissonné" le coût du projet pour éviter l'ouverture aux marchés publics. Lui parle d'urgence dans la réalisation du projet. Un projet de 400.000 euros.

Le procureur avait requis une peine de 6 mois de prison avec sursis à l’encontre d’Alain Blinette, et 12 mois avec sursis contre le gérant de l’ex société Capsor ainsi qu’une amende de 100.000 euros et une exclusion des marchés publics durant 5 ans. Les deux homme sont finalement relaxés. Mais le parquet a annoncé qu'il allait faire appel. Les deux hommes seront donc rejugés devant la cour d'appel de Besançon.

Lors de l’audience en correctionnelle, la défense d’Alain Blinette s’est attelée à démentir tout enrichissement personnel d’Alain Blinette, rappelant que l’élu est soucieux des deniers publics. Emu, à la barre, Alain Blinette avait rappelé que les décisions du technocentre ont été voté par la communauté de communes par 53 voix sur 54. Un seul élu de l’opposition a voté contre, c’est lui qui a alerté par la suite la cour des comptes. 

 

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité