Haute-Saône : la Préfecture appelle à limiter la consommation d'eau

En Haute-Saône, le monde agricole a souffert de l'épisode de sécheresse cet été / © maxppp
En Haute-Saône, le monde agricole a souffert de l'épisode de sécheresse cet été / © maxppp

Pas d'arrêté sécheresse pour l'instant. Mais un appel à la citoyenneté. La Haute-Saône connait pour juillet et août un déficit de pluie.    

Par Sophie Courageot

Après un premier semestre 2016 abondamment arrosé, juillet et août ont été fortement déficitaires en précipitations. Seul un orage de cumul de pluie de l’ordre de 5 mm a touché le 27 août le ballon de Servance. Sur le reste du territoire aucune ou très peu de précipitations se sont produites.

Des rivières à sec

Les faibles pluies associées à de fortes chaleurs ont entraîné une dégradation des débits des cours d’eau. L’Ognon amont, le Rahin, la Semouse, le Breuchin ainsi que leurs affluents connaissent des écoulements faibles et même des assecs. Plus généralement, tout le secteur nord-est du département est concerné.

Les conditions anticycloniques devraient perdurer pendant cette première partie du mois de septembre au moins, ce va entraîner un dégradation des niveaux des rivières.


La Préfecture appelle à économiser l'eau par des gestes simples

  • en limitant les prélèvements d’eau pour préserver les écoulements des rivières et l’écosystème qu’elles abritent
  • en évitant les usages non indispensables : fontaines d’agrément, arrosages des golfs et terrains de sport, nettoyage de voiries, de façades ou de toitures, lavage de voitures en dehors des stations recyclant l’eau, travaux pouvant être différés,
  • en limitant les rejets dans les cours d’eau, qui peuvent avoir un fort impact compte tenu des faibles débits observés

Enfin, compte tenu de la situation délicate dans le Nord-Est du département, des mesures spécifiques concernant la gestion des plans d’eau sont à prendre

  • ne plus alimenter les plans d'eau par dérivation ou par pompage dans les cours d'eau
  • maintenir les débits de fuite des plans d'eau en position de barrage de cours d'eau en assurant le respect d’un débit minimum biologique, conformément aux dispositions réglementaires qui leur ont été fixées

Si la dégradation de la situation devait se poursuivre, un arrêté limitant les usages de l’eau pourrait être pris par la préfecture.

Sur le même sujet

Les + Lus