Défense des services publics : des militants de toute la France vont se rassembler à Lure en Haute-Saône

Plus de 240 syndicats, associations, collectifs ont appelé leurs militants à venir à Lure (Haute-Saône) pendant trois jours pour défendre les services publics. Plusieurs milliers de personnes sont attendus les 12, 13 et 14 mai 2023 pour participer aux débats et à la manifestation de samedi.

C’est un rassemblement d’une ampleur inédite que s’apprêtent à vivre les trois coordinations nationales à l’origine de ce "nouvel élan pour la défense de nos services publics" (NESP 2023). La ville de Lure en Haute-Saône n’a pas été choisie au hasard.

La litanie des fermetures

Entre 2000 et 2020, les Lurons ont perdu leur maternité, leur commissariat de police, leurs urgences de nuit, les services de cardiologie, de chirurgie, leur tribunal de commerce et leur tribunal de grande instance, des heures d’ouverture de la Poste, la trésorerie hospitalière et aussi la maison d’arrêt.

Cette sous-préfecture d’un peu plus de 8 000 habitants est « une ville emblématique qui a souffert de ces réductions » rappelle Michel Antony, pilier de la défense des services publics en Haute-Saône depuis 1982.

Le secteur de Lure est aussi emblématique pour ses résistances, ses fortes mobilisations citoyennes, l'importance du monde associatif et ses quelques succès. Michel Antony

Michel Antony, cofondateur de la Coordination et de la Convergence nationales

La mobilisation de son Comité de Vigilance pour le maintien des services publics de proximité (CV70) a permis l’obtention de compensations comme le renforcement de la gendarmerie, la réouverture partielle du SMUR, le maintien des urgences sauf la nuit, la conservation du guichet de la gare, la poursuite du travail du SPIP (service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation de Haute-Saône) alors que la prison a fermé. « Une mobilisation de plusieurs. La pression peut servir ! » précise Michel Antony.

Le maire PS de Lure, Eric Houley, est "solidaire de cette manifestation". Il fait même partie des intervenants dans l'un des débats. Lure a "une vieille tradition associative de défense des services publics" rappelle l'élu.

Avec les associations, nous avons eu des vrais succès dans la reconquête des services publics.

Eric Houley, maire PS de Lure

Dans les années à venir, un centre d'éducation fermé va être créé à Lure ainsi qu'un établissement d'accueil médicalisé pour personnes cérébraux lesées". Soit 80 emplois de plus pour la ville. 

Dès 2004, le CV70 comprend l’importance de l’adage « L’union fait la force ». De local, le comité de vigilance s’élargit à des actions plus vastes avec la création de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité. Le siège de cette coordination nationale demeure toujours à Lure. Depuis 20 ans, des rencontres nationales sont régulièrement organisées à Lure et dans d’autres villes de France.

Une ampleur inédite

Cette fois-ci, les militants veulent élargir leur rassemblement à deux autres coordinations : la Convergence nationale des collectifs de défense et développements des services publics. Un regroupement né à Guéret en 2005 pour s’élargir aux autres services publics, la Coordination nationale restant centrée sur la santé.

L’idée est de se réunir pour mettre en convergence l’ensemble de nos propositions.

Michel Jallamion, président de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développements des services publics

Autre participant, la Convergence nationale Rail. Ces trois instances nationales ont décidé d’afficher leur regroupement symbolisé par ces trois jours de débats, rencontres et manifestation à Lure. Il ne s’agit pas d’une fusion ni d’une création d’un nouveau mouvement, mais juste d’un travail mis en commun.

Des débats sur l’énergie et la santé

Point d’orgue de ces journées de rencontres militantes, la manifestation du samedi 13 mai après-midi avec ses arrêts devant les lieux « emblématiques en France des grandes résistances pour maintenir nos services publiques »  précise Michel Antony.  La gare, la Poste, l’hôpital et la trésorerie de Lure ont été choisis pour ces pauses symboliques lors du défilé.

Nous sommes tous concernés par ce problème gigantesque de la destruction d’un bien commun créé par nos ancêtres à la suite de la Seconde Guerre mondiale et qui convient si bien aux demandes des personnes en difficulté, mais aussi à l’ensemble de la population.

Michel Antony, cofondateur de la Coordination et de la Convergence nationales

Des militants des Pyrénées, de Bretagne, du Val de Loire ont prévu de venir participer à ces trois journées de débats et de conférences. La convergence des mobilisations pour les retraites, la Sécurité sociale et les services publics sera abordée lors d’un débat vendredi soir. Dimanche matin, des débats centrés sur les questions de la santé et de l’énergie sont inscrits au programme de ce NESP « Nouvel Elan pour nos Services Publics ».

Il est paradoxal aujourd’hui que les services publics à la française, même affaiblis, nous permettent de traverser les crises et que dans le même moment, on continue à les dépecer, à les atrophier.

Didier Le Reste, président de la convergence nationale rail

Des retombées pour Lure

Pendant trois jours, les hébergements, les restaurants, les cafés vont faire le plein.

Une bonne nouvelle pour cette ville qui bénéficie peu de l’attractivité du pays des Mille étangs ou de la chapelle de Ronchamp. Le soir, des groupes de musiciens sont prévus pour les moments de détente. Des artistes venus de Franche-Comté. Un choix des organisateurs. Ils veulent défendre la proximité jusqu’au bout.