Coronavirus : le Sud-Coréen Jay Jeon préside le festival des cinémas d’Asie de Vesoul à la place du Chinois Pema Tseden

Pema Tseden, considéré comme le chef de file du cinéma tibétain, devait présider le jury du 26ème festival international des films d''Asie de Veoul, en Haute-Saône. / © AFP / Alberto Pizzoli
Pema Tseden, considéré comme le chef de file du cinéma tibétain, devait présider le jury du 26ème festival international des films d''Asie de Veoul, en Haute-Saône. / © AFP / Alberto Pizzoli

L'épidémie de coronavirus perturbe l'organisation du festival international des cinémas d'Asie de Vesoul, en Haute-Saône. Bloqué dans son pays, le cinéaste chinois d'origine tibétaine Pema Tseden ne présidera pas le jury de la 26ème édition. Le Sud-Coréen Jay Jeon le remplace.

Par R.A. avec AFP

Le festival international des cinémas d'Asie (Fica), plus ancien festival du genre en Europe, célèbrera le Tibet à partir du mardi 11 février, à Vesoul, en Haute-Saône.

Mais l'organisation a dû être en partie modifiée au dernier moment, en raison de l'épidémie de coronavirus.

Jusqu'au 18 février, 90 films provenant de tout le continent asiatique, de la Turquie au Japon, en passant par Israël, l'Inde et la Corée, seront projetés à Vesoul. Parmi eux, 17 films en compétition, présentés en premières française ou européenne.

Le Sud-Coréen Jay Jeon, directeur du prestigieux festival international du film de Busan (Corée du Sud), a accepté de prendre la direction du jury international de cette 26ème édition. Le président initialement désigné, le cinéaste chinois d'origine tibétaine Pema Tseden, étant retenu en Chine en raison de l'épidémie.
 
Jay Jeon, directeur du festival international du film de Busan (Corée du Sud) a accepté de prendre la direction du jury international de la 26ème édition du festival des films d'Asie de Vesoul, en Haute-Saône. / © MAXPPP / Kim Hee-Chul
Jay Jeon, directeur du festival international du film de Busan (Corée du Sud) a accepté de prendre la direction du jury international de la 26ème édition du festival des films d'Asie de Vesoul, en Haute-Saône. / © MAXPPP / Kim Hee-Chul


Rétrospective de films tibétains

Malgré son absence, le travail de Pema Tseden et de ses compatriotes sera mis en exergue à travers une rétrospective de 14 films tibétains réalisés en République Populaire de Chine.


C'est une première mondiale qui nous vient du Toit du monde. On n'a jamais fait une rétrospective de cette importance sur ce cinéma qui vient de naître,


souligne le créateur et délégué général du Fica, Jean-Marc Thérouanne. Le réalisateur Pema Tseden a sorti son premier film en 2004. Considéré comme le chef de file du cinéma tibétain, il a remporté deux Cyclo d'Or, le prix le plus prestigieux décerné par le Fica, pour "Tharlo" en 2016 et, l'an dernier, pour "Jinpa", qui sort en salle en France le 19 février.
 

Liberté, égalité, créativité


Le festival déclinera par ailleurs la thématique "Liberté, égalité, créativité !" avec 24 films illustrant "les difficultés que rencontrent les créateurs pour faire aboutir leur oeuvre (financement, censure...)", note M. Thérouanne.

Un hommage sera également rendu à l'actrice, scénariste et réalisatrice israélienne Ronit Elkabetz, décédée en 2016.
 


 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus