Pas de fêtes d'école ni kermesses en juin : "C’est triste, on a l’impression de se quitter sans notre fête à nous"

C’est l’évènement qui met un point final à chaque année scolaire. La kermesse est le grand rendez-vous attendu par les enfants. Cette année, son avenir est compromis. La crise sanitaire perturbe toujours les établissements scolaires.

Une kermesse d'école à Nantes. Image d'illustration.
Une kermesse d'école à Nantes. Image d'illustration. © école Saint Pierre

Avec plus de 110.000 élèves est pratiquement 1.100 écoles, la Franche-Comté comme l'ensemble du pays va devoir faire une croix sur les  kermesses et fêtes d'écoles à nouveau cette année. Le protocole sanitaire est toujours en place dans les établissements. Les nouvelles mesures depuis la rentrée du 26 avril sont plus drastiques. Pour rappel, il suffit d’un élève diagnostiqué positif au Covid-19 pour que la classe soit fermée. Le 21 mai dernier, le rectorat communiquait que 96 classes avaient dû être fermées dans l'académie de Besançon. Il est compliqué d'organiser une kermesse dans ce contexte confirme le rectorat de Besançon. 

Rester positif même sans la kermesse

Alexandre Deroise-Bouttement est directeur de l'école Rêpes Sud à Vesoul. Du CP au CM2, l'établissement compte 137 élèves. Comme l'an dernier, il n'y aura pas de kermesse pour clore l'année scolaire. Mais l'on veut rester positif et mettre en avant l'ensemble de l'année.

 

L'école s'est adaptée au protocole sanitaire en pénalisant le moins possible les enfants. Nous avons par exemple organisé une sortie nature pas très loin de l'école en petit groupe, en respectant les gestes barrières.

Alexandre Deroise-Bouttement Directeur de l'école Rêpes Sud à Vesoul

 

 

Illustration école
Illustration école © Frédéric Buridant

En temps normal, la kermesse permet de récolter des fonds qui financent les projets de l’école. "Cette année avec la fermeture des piscines, le budget transport pour s'y rendre a été économisé et a été remis dans d'autres actions", précise Alexandre Deroise-Bouttement.

 

Même sans ce rendez-vous annuel festif avec les parents, les enfants ont pu tout au long de l'année profiter de nombreuses activités. 

Alexandre Derose-Bouttement, Directeur école Rêpes Sud Vesoul

 

La kermesse, véritable patrimoine des élèves 

Jean-Paul Carteret, maire de Lavoncourt en Haute-Saône a été directeur de l'école du village pendant 18 ans. De 1971 à 1989, il a vu passer des générations d'élèves. Cette kermesse, pour lui c'est une certaine nostalgie. La fin d'une année, et pour les CM2 par exemple, le passage vers le collège. Un dernier aurevoir à l'école primaire. Mais cette année, il faut se rendre à l'évidence. 

 

Cela fait partie de la vie d'une école, de son fonctionnement, c'est le bouquet final après une année scolaire. Je comprends qu'avec le risque sanitaire, de possible cluster, ne pas organiser de kermesse dans les écoles est plus prudent.

Jean-Paul Carteret, maire de Lavoncourt et ancien directeur d'école

 

 

La kermesse c’est aussi un spectacle que préparent les enfants très heureux de le présenter à leurs parents, leurs familles. C’est un moment de convivialité, de partage. De plus, des fonds y sont collectés pour l’école, pour des projets pédagogiques durant l’année, nous précise Jean-Paul Carteret.

 

Les enfants, les parents qu’en pensent-ils ?

Célestine a 10 ans, elle est en CM1. Déjà pénalisée en CE2 comme ses copains, copines, elle ne vivra pas à nouveau la kermesse cette année.

 

C’est triste, on a l’impression de se quitter sans notre fête à nous. Les parents venaient pour nous voir, c’était chouette. On pouvait faire des jeux dans la cours, c’est dommage. Rien à nouveau cette année.

Célestine, 10 ans élève en CM1

 

Chez les parents, les réactions sont variées. Il y a ceux qui comprennent bien entendu la situation sanitaire. Une maman nous confie que cela l’arrange, la kermesse est une contrainte pour elle, même si elle veut faire plaisir à ses trois enfants. Une autre maman d’élèves, quand à elle regrette ce moment, qui permettait une cohésion des parents d’élèves dans l’école.

Certes, il n’y aura pas de kermesses, de fêtes physiques dans les écoles. Mais certains établissements précisent qu'ils organiseront des ventes à distance, tombolas pour collecter des fonds. Et tous espérent, le grand retour de cette fête de fin d'année scolaire en juin 2022.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : école à la maison santé société rentrée scolaire éducation