Vesoul : Un an ferme pour outrage à magistrat sur Facebook

Des dizaines de pages d'insultes ont été recensées sur son compte Facebook public. / © SASCHA STEINBACH/EPA/Newscom/MaxPPP
Des dizaines de pages d'insultes ont été recensées sur son compte Facebook public. / © SASCHA STEINBACH/EPA/Newscom/MaxPPP

Des injures à ses beaux-parents, et d’autres au procureur de la République de Haute-Saône. Un homme de 40 ans, originaire de Luxeuil, a été condamné à la peine maximale pour faits d’outrage à magistrat sur son compte Facebook : un an de prison ferme, assorti d’un mandat d’arrêt.

Par Sophie Hienard

Au tribunal correctionnel de Vesoul, un absent : le prévenu. Depuis 2018, les insultes en ligne pleuvent sur son compte Facebook public. Un Haut-Saônois de 40 ans s'en est pris à ses anciens beaux-parents et au procureur de la République. La peine maximale prévue par la loi pour des faits d’outrage à magistrat a été prononcée : Un an de prison ferme, assorti d’un mandat d’arrêt.

Séparé de son ex-compagne, l'habitant de Luxeuil conteste la décision de garde de leur fille, qu'il ne voit plus. Il estime que ses anciens beaux-parents et le Procureur de la République de Haute-Saône Emmanuel Dupic ont agi de concert pour l'éloigner de son enfant. Un acharnement que les parents de son ex-compagne ne comprennent pas : "On ne l'a pas vu depuis 2014".

"Manu"

Des dizaines de pages d'injures sur son compte Facebook. L'homme de 40 ans appelle le procureur Emmanuel Dupic : "Manu". Devant les gendarmes, le Luxovien ne nie pas les faits. Le président du tribunal raconte qu'il invoque la "légitime défense" pour justifier ses déclarations, et évoque "un complot entre le procureur et ses anciens beaux-parents pour l'empêcher de voir sa fille", rapporte nos confrères de L'Est Républicain.

Ce n'est la première fois qu'un dossier s'ouvre pour ouvrage à magistrat. Le quarantenaire a déjà été condamné pour le même motif face à une juge des affaires familiales de Mulhouse.

Peine maximale

Jeudi 30 janvier, le parquet a requis six mois de prison ferme pour outrage à magistrat et 500 euros d'amende pour injures publiques envers les parents de son ex-compagne.

Le tribunal a choisi la peine maximale prévue par la loi pour l'outrage à magistrat : un an de prison, assorti d'un mandat d'arrêt, ainsi qu'un euro symbolique versé au procureur de la République pour "dommages et intérêts". Quant aux beaux-parents, le prévenu devra leur verser 1400 euros de dommages et intérêts. Il récolte aussi 400 euros d'amende pour injures publiques.

Sur le même sujet

Les + Lus