Vesoul : dénoncé par des “chasseurs de pédophiles", un homme de 55 ans condamné à de la prison ferme en Haute-Saône

Le collectif de citoyens la “Team Moore” avait alerté la justice en septembre 2020. L’homme échangeait avec un faux profil d’enfant sur les réseaux sociaux. Il s'apprêtait à donner rendez-vous à la fillette en gare de Besançon (Doubs).

Un habitant de Haute-Saône condamné pour avoir échangé des messages à caractère sexuel avec le profil "virtuel" sur facebook d'une fillette de 12 ans.
Un habitant de Haute-Saône condamné pour avoir échangé des messages à caractère sexuel avec le profil "virtuel" sur facebook d'une fillette de 12 ans. © PELAEZ Julio - maxPPP

Emmanuel Dupic, procureur de la République de Haute-Saône a annoncé sur son compte Twitter la condamnation de cet homme le 26 avril 2021, dans le cadre d’une audience de plaider coupable pour corruption de mineur de 15 ans par réseaux sociaux. Une peine de 10 mois d’emprisonnement ferme a été prononcée à son encontre. L’homme devra se soumettre à un suivi socio judiciaire avec obligation de soins pendant 5 ans. L’homme a été inscrit au fichier FIJAIS des délinquants sexuels.

Arrêté par la police à son domicile près de Gray

La Team Moore, collectif citoyen international, explique vouloir lutter contre la pédocriminalité sur internet. Ses bénévoles créent de faux profils d’enfants sur Facebook. Des profils abordés régulièrement par des pédophiles.

Neila Moore, une mère de famille lyonnaise animait le faux profil Facebook d’une petite fille de 12 ans. Elle s'apprêtait à se rendre le 21 septembre à Besançon pour être “Léna”, la fillette tombée dans les mailles de ce pédophile présumé. Le Haut-Saônois échangeait avec elle depuis plusieurs mois des messages à caractère sexuel, via la messagerie du réseau social. Le signalement a été réalisé à la police judiciaire de Besançon vendredi 18 septembre. L’homme a dans la foulée été interpellé à son domicile près de Gray.

“Les perquisitions réalisées et l’audition de l’auteur des faits ont confirmé les échanges à caractère sexuel avec cette jeune mineure, ce qui est de la corruption de mineur(e), et la volonté de la rencontrer” avait précisé Emmanuel Dupic, invité en janvier 2021 du magazine Envoyé Spécial.

Durant sa garde à vue,  le quinquagénaire Haut-Saônois avait reconnu les faits. Il avait fait l’objet d’une précédente condamnation pour des faits d’agression sexuelle sur personne majeure. Son ordinateur avait été saisi.

Les signalements des chasseurs de pédophiles, un début de preuves

La justice de Haute-Saône avait considéré le signalement de la Team Moore comme un début de preuves, à confirmer par une enquête judiciaire. “On est présumé innocent, tant qu’on a pas été jugé” rappellait Emmanuel Dupic dans l’émission Envoyé Spécial, il invite les "chasseurs de pédophiles" à ne pas dévoiler les identités des pédophiles présumés, pour éviter tout lynchage médiatique et permettre à la justice de travailler sereinement sur ces affaires. 

© La Team Moore

En France, la Team Moore a déjà permis l’interpellation de plusieurs pédophiles. 37 interpellations, pour 60 signalements à ce jour, estime Neila Moore.

A Dijon en novembre 2020, un individu dénoncé par le collectif pour avoir fait des propositions à une mineure de moins de 15 ans a été condamné. Ce célibataire de 40 ans a écopé d'une peine de 8 mois de prison avec sursis. 

Depuis leurs premières actions en mars 2019, plusieurs autorités judiciaires ont émis des réserves sur la méthode utilisée par la Team Moore. "Les interventions du collectif posent des questions de principe" estimait par exemple Eric Mathais, le procureur de la République de Dijon en septembre 2020, tout en saluant le résultat. « On ne peut qu’approuver des personnes qui fournissent à la police et aux enquêteurs des éléments qui permettent de mettre hors d’état de nuire des pédocriminels. C’est quand même à la police et à la justice de faire des enquêtes parce qu’il y a des cadres précis."

La condamnation obtenue à l’automne 2020 à Dijon valide la méthode selon le collectif. "Certains disaient que ce que nous faisons est illégal, hors la loi. Ce procès a montré que ce n'est pas le cas. Il n'y a pas eu incitation de notre part. La justice a reconnu cet homme coupable. Cela prouve que notre travail est correct” confiait alors Neila Moore à France 3 Bourgogne Franche-Comté.

Après la condamnation du pédophile de Haute-Saône, Neila Moore se dit satisfaite. "Le dossier de Vesoul est le seul où la corruption de mineur a été retenue. La victime n'existant pas, seule la proposition sexuelle est retenue dans les procès, nous sommes satistifaits de la décision judiciaire et espérons qu elle sera efficace sur le long terme pour la protection des enfants" explique la jeune femme. Le collectif une fois les signalements réalisés, n'est pas toujours informé des procédures et condamnations qui suivent, sauf quand les parquets communiquent sur ces affaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pédophilie faits divers justice société