VIDEO. "Ce métier, il faut l'avoir dans les tripes" : Floriane, cette éleveuse passionnée de Haute-Saône, prend la pose dans le calendrier sexy des agricultrices

L'agricultrice de 37 ans, installée à Saulnot (Haute-Saône), a été choisie pour figurer dans l'édition 2024 de "Belles des près". L'éleveuse représentera le mois de juin dans ce calendrier dont une partie des bénéfices sera reversée à une association qui aide les femmes à concrétiser un projet dans l'agriculture.

"On est paysans depuis des générations, de pères en fils et de mères en filles", dit-elle avec fierté. Floriane Dupont, 37 ans, est à la tête de son exploitation à Saulnot (Haute-Saône). Elle a embrassé le métier il y a 15 ans déjà. En GAEC avec son père, puis avec sa mère, elle élève désormais ses 65 Montbéliardes avec son conjoint. "Je ne voudrais en aucun cas changer. C'est ma vie, ma passion. J'ai choisi d'être agricultrice."

Pas étonnant donc de la retrouver dans le nouveau calendrier "sexy" des agricultrices. L'éleveuse représentera en effet le mois de juin dans l'édition 2024 de "Belles des prés". Sur la vidéo de promotion du calendrier, on la découvre dans les coulisses du "shooting" avec les autres exploitantes retenues cette année.

"J'avais posé ma candidature au mois de janvier, mais je n'y croyais pas vraiment. C'est une vraie fierté d'avoir été choisie !, explique Floriane à France 3 Franche-Comté. J'ai toujours trouvé cette initiative admirable car elle met en avant la femme dans l'agriculture, la femme et sa féminité."

C'était un monde de "bonhommes" mais les mentalités ont quand-même bien changé. La femme y a maintenant toute sa place. Ce n'est plus du tout l'ancienne conjointe-collaboratrice des années 50. On a toutes fait des études. Moi, par exemple, j'ai un bac scientifique et j'ai fait un BTS production animale. C'est moi qui dirige l'exploitation. Dans ma famille, les femmes ont toujours commandé, on a un fort caractère !

Floriane Dupont, agricultrice à Saulnot (Haute-Saône).

Un agriculteur sur trois est une agricultrice

Les femmes ne représentaient que 8 % de la profession en 1970. Aujourd'hui, un agriculteur sur trois est une agricultrice. Et c'est justement pour les mettre en lumière que le photographe Johann Baxt a imaginé ce calendrier il y a sept ans. En 2018, à sa grande surprise, on s'était arraché les 1000 exemplaires du tout premier album. Depuis, le succès est chaque année au rendez-vous. Et le prochain numéro a été édité à 5000 exemplaires. 

"On me dit souvent : ce n'est pas possible, ce sont des mannequins sur les photos, sourit Johann Baxt. Et je leur réponds que non, ce sont bien des agricultrices. Et là, c'est gagné. Floriane se lève à cinq heures tous les matins ! Même moi, je ne serais pas sûr de pouvoir tenir la cadence avec elle." L'idée est aussi de pouvoir montrer la diversité des filières agricoles et des terroirs, chacune des agricultrices devenant un peu l'ambassadrice de sa spécialité et de sa région. Comme Floriane qui défend avec ferveur ses "laitières" dont le lait est destiné à la production d'emmental grand cru et de raclette.

"Je ne suis pas romantique"

Pas question pour elle de donner l'image d'une simple pin-up. "Je ne suis pas fleur bleue, je ne suis pas romantique, je suis terre à terre et je suis une grosse bosseuse ! Quand on est éleveuse, on est aussi vétérinaire, comptable, électricien ou plombier. Ce métier, il faut l'avoir dans les tripes". Et jamais dit-elle, elle ne poussera ses deux enfants de 9 et 6 ans à reprendre la ferme s'ils ne le souhaitent pas. "Si mon fils veut reprendre, ce sera très bien et je l'aiderai. Ma fille, elle, m'a déjà dit qu'elle veut être vétérinaire !"

Ce qui ne l'empêche pas de le reconnaître : elle a adoré ces séances photo au milieu de ses vaches, dans les champs ou dans la stabulation. "Je ne suis pas pudique et l'idée de m'effeuiller un peu ne me dérangeait pas du tout. J'ai même dit au photographe : quand est-ce qu'on recommence ?"

Coup de pouce aux autres femmes

Et c'est un autre motif de satisfaction pour elle, Floriane s'est aussi (un peu) dénudée pour la bonne cause. Une partie des bénéfices du calendrier sera en effet reversée à l’association Petit Coup d’Pouce à la Ferme, créée en 2019. L'objectif de cette association est justement de "soutenir et aider les femmes évoluant ou voulant évoluer professionnellement dans le domaine agricole." Concrètement, elle sélectionne des porteuses de projet qui ont besoin d'un appui financier.

Floriane n'est pas la première Haut-saônoise à apparaître dans "Belles des prés". Justine Grangeot, de Villers-le-Sec, avait déjà eu les honneurs du calendrier en 2021. Séverine Dumont, du petit village de Hugier, à quelques kilomètres de Marnay, figurait dans l'édition 2023. L'édition 2024 est en vente, uniquement en ligne, jusqu'à la fin janvier.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité