VIDÉO. Qui a enlevé Monsieur Jones ? Collégiens et gendarmes résolvent l'énigme dans un Cluedo grandeur nature

Un escape game avec des gendarmes… C’est l’aventure que les élèves du collège de Faverney (Haute-Saône) ont pu vivre jeudi 16 mai 2024 à l’abbaye de Faverney. Cette initiative a lieu pour la deuxième fois dans le département et vise à faire découvrir de manière ludique les métiers de la gendarmerie.

“C’est possible qu’il y ait la victime au bout de la corde”, indique Colline Marcel. L’adolescente, en classe de 4ᵉ au collège de Faverney (Haute-Saône) participe à un escape game avec ses camarades de classe défense et sécurité globale. Les enseignants et les gendarmes sont là pour les guider tout au long de l'enquête.

durée de la vidéo : 00h02mn01s
Reportage Frédéric Buridant, Antoine Laroche avec Juliette, collégienne, classe défense et sécurité globales - Coline collégienne, classe défense et sécurité globales - Véronique Staine, principale du collège Louis Pergaud de Faverney - Thierry Crampé, commandant du groupement de gendarmerie de la Haute-Saône - Images drone/Photocoptère. ©France 3 Franche-Comté

Celle-ci débute dans la cour de l’ancienne abbaye de Faverney. Le fourgon de l’identification criminelle est déjà sur place et les jeunes recrues recherchent des indices et des pièces à convictions. Tout au long de la journée, les gendarmes guident les collégiens pour élucider un enlèvement. À la fin, il faudra d'être capable de répondre à deux questions : qui a bien pu enlever Monsieur Jones et pour quelles raisons... ? L’objectif : initier ces jeunes aux métiers de la gendarmerie. Et pourquoi pas, susciter des vocations.

“Ouvrir les portes de la gendarmerie”

“Pendant une journée entière, ils peuvent voir le travail auquel on est confronté et voir toutes les capacités qui sont à notre disposition. L’objectif : c’est d’ouvrir les portes de la gendarmerie”, explique Thierry Crampé, commandant du groupe de gendarmerie de la Haute-Saône au micro de notre journaliste Frédéric Buridant. Il reprend : “Ça permet de donner une autre perspective à ces jeunes”.

Les élèves sont curieux et veulent parfois brûler quelques étapes : “Vous êtes attirés par ce qu’il y a au bout de la corde, mais je vous ai dit, on y va progressivement”, rappelle le major Hervé qui pointe du doigt l’arbre autour duquel la corde est attachée. “On sent déjà qu’ils sont bien intéressés et qu’ils ont acquis quelques réflexes parce qu’on les a déjà vus il y a quelque temps”, témoigne-t-il.

Une heure par semaine toute l’année

Au collège de Faverney, la classe défense et sécurité globale a été mise en place cette année. “Ça consiste à travailler avec les pompiers, la base aérienne de Luxeuil (Haute-Saône) et la gendarmerie de Vesoul”, précise Véronique Staine, principale du collège Louis Pergaud de Faverney. 

Tout au long de l’année, les 26 élèves volontaires de 4ᵉ et de 3ᵉ ont une heure à leur emploi du temps pour cette matière. “On a eu des actions à partir du mois de septembre jusqu’à aujourd’hui, le grand final avec la gendarmerie de Vesoul”, raconte la principale du collège. Selon elle, ce cours est un succès : “Ils sont très motivés, très intéressés et ils rendent bien à leurs enseignants tout le temps qu’on leur donne et qu’on passe pour eux. Et puis ça a suscité beaucoup de vocations”.

C’est la deuxième année consécutive que le dispositif de classe défense et sécurité globale a lieu. L’année dernière, il se déroulait au collège de Jussey (Haute-Saône).

À LIRE AUSSI : VIDEO. Meurtre dans un château de Haute-Saône : une énigme fictive pour faire découvrir aux jeunes les métiers de la gendarmerie (francetvinfo.fr)

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité