VIDEO. Meurtre dans un château de Haute-Saône : une énigme fictive pour faire découvrir aux jeunes les métiers de la gendarmerie

En Haute-Saône, la gendarmerie et l'Éducation nationale organisaient ce jeudi 4 mai 2023 au château de Bougey, un “escape-game” ou “security game” pour des collégiens, cadets de la sécurité. Une première en France destinée à faire découvrir de façon ludique les métiers de la gendarmerie. Qui a tué Jean Delatour, le châtelain ? Vous le saurez à la fin de cet article.

"Il est mort, aidez-moi !!!"

Le châtelain gît au sol. Un vélo d’enfant à côté de lui. Mort par balles sans doute. Une valise pleine d’argent non loin du corps. Pour les jeunes collégiens, l’enquête commence. Par qui et pourquoi a été tué Jean Delatour ?

“Vous reculez, vous ne touchez à rien, vous regardez bien, vous écoutez tout ce qui se dit. Tout est important à partir de maintenant “ assène un gendarme à leurs côtés alors qu’un témoin mène les jeunes à proximité de la dépouille.

16 indices disséminés dans ce “Cluedo” géant

Gel des lieux. L’enquête est entre les mains de 19 cadets de la sécurité du collège de Jussey (Haute-Saône). Ces élèves de 4ᵉ sont accompagnés par des professionnels de la gendarmerie. Au fil de leurs investigations, des indices, examens, ils découvrent les métiers des uns et des autres.

Pour ce meurtre dans un décor historique, on n’a pas lésiné sur les moyens. Techniciens en investigation criminelle, relevé d’empreintes, drone, portrait robot ! Pour ces jeunes, le décor est presque celui d’une série policière. Ils sont bien lucides. “On a un seul témoin, si ça se trouve, il nous roule un peu” confie un des jeunes participants. Comme les gendarmes professionnels, ils vont dresser des hypothèses, ne fermer aucune piste.

Sensibiliser les jeunes aux métiers de la sécurité

Certains cadets de la sécurité ont déjà eu l’occasion de côtoyer des pompiers. “On a beaucoup d’élèves qui souhaitent faire leur stage en gendarmerie, et qui ne le peuvent pas forcément. Ce qui est intéressant dans cet escape game, c’est de voir tous les métiers de la gendarmerie” confie Carole Charles, responsable de la classe des cadets au collège de Jussey.

L’opération met en valeur également la gendarmerie, et “ses valeurs républicaines” estime le Colonel Crampé, commandant de la gendarmerie de Haute-Saône. “Le président de la République et le ministre de l'Intérieur ont annoncé un plan très ambitieux de recréer 200 brigades dans le quinquennat qui s’ouvre, et des escadrons de gendarmerie mobile. “Le président de la République et le ministre de l'Intérieur ont annoncé un plan très ambitieux de recréer 200 brigades dans le quinquennat qui s’ouvre, et des escadrons de gendarmerie mobile. Bien sûr, on a besoin de recruter, les effectifs vont augmenter”.

Alors, qui a tué Jean Delatour ? Vous voulez le savoir ?

L’enquête a refermé les pistes de la vengeance, de l’héritage, du cambriolage qui tourne mal. Jean Delatour, le châtelain, vendait de la cocaïne sur le secteur. C’est Stefano, baron de la drogue franco-italien, recherché par un mandat d'arrêt international qui l’a tué. Il venait en Haute-Saône rechercher son argent ! Les gendarmes ont même poussé le détail du jeu, en fabriquant la une du journal local annonçant son arrestation ! 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité