Sur Youtube, les vidéos de ce comtois dingue de cinéma et de techniques de narration cartonnent

Bastien Martins a 25 ans. Sa chaîne Youtube, Le Tropeur, connaît un succès grandissant.
Bastien Martins a 25 ans. Sa chaîne Youtube, Le Tropeur, connaît un succès grandissant.

Son personnage sur Youtube ? Le Tropeur. Celui qui analyse les scénarios des films et séries TV par le biais du trope, cette figure de style utilisée dans les oeuvres de fiction. Et ça commence à marcher : 110 000 abonnés en quatre ans. Rencontre avec un "fondu" d'histoires (c'est ça un trope).

Par Clément Jeannin

Bon. On sent que ce n'est pas encore très clair chez vous, cette histoire de trope. En écrivant : "rencontre avec un FONDU d'histoires", on utilise un trope. Une figure par laquelle un mot prend une signification autre que son sens propre. Autre exemple : "Mon amoureux est un ange". Alors, ça y est ? 

Au cinéma, dans la littérature ou les séries tv, les tropes sont des figures de style récurrentes, utilisées à outrance par les scénaristes. La jolie fille amoureuse du héros, le robot qui éprouve des sentiments humains ou encore le maître remplaçant le père..autant de tropes inculqués depuis des décennies dans l'imaginaire populaire.

Pour être encore plus clair, regardons sa vidéo de présentation, sortie il y a maintenant quatre ans :
Le Trope

Le Tropeur, c'est Bastien Martins, 25 ans. Actuellement, il a les cheveux très courts et est retourné vivre à Esprels, en Haute-Saône, chez ses parents. Et, en fait, ces deux informations ont la même cause : le Covid-19. 


Car il y a encore un mois, Bastien avait les cheveux plus longs et, surtout, un travail à Paris. Ce titulaire d'un Master de traduction audiovisuelle travaillait dans une société de doublage de films. Celle-ci n'a pas survécu à l'arrêt des tournages pendant la crise. 

Mais c'est un mal pour un bien, comme il nous l'explique:

"Je vais pouvoir désormais me consacrer entièrement à l'écriture et à la réalisation de mes vidéos. Je suis à un moment un peu charnière, ma chaîne est bien installée, gagne en visibilité. Le fait d'être chez mes parents et de ne plus avoir de loyer à payer fait que l'argent que me verse Youtube en fonction des vues peut être entièrement injecté dans la fabrication des prochaines vidéos. Et j'ai tout le temps de développer de nouveaux scripts sur des thèmes qui m'intéressent."

Car il en faut du temps à Bastien, pour concevoir ses vidéos. Il faut compter entre 4 et 6 heures pour l'écriture, un maximum de 4 heures de tournage (seul, avec son appareil photo numérique et un micro). Puis vient l'étape la plus longue, celle du montage, qui peut aller jusqu'à 20 heures en fonction de la durée de la vidéo.

Et ce n'est pas tout. Ce dingue de rock anglais qui joue de la guitare et du piano compose lui-même les musiques de ses vidéos ("pour éviter des soucis de droits d'auteurs, car Youtube ne rigole pas avec ça!").
 

L'appareil photo numérique Panasonic G80, le micro, l'éclairage et, très important, le fond vert pour réaliser les incrustations. / © Bastien Martins
L'appareil photo numérique Panasonic G80, le micro, l'éclairage et, très important, le fond vert pour réaliser les incrustations. / © Bastien Martins

Depuis l'adolescence, Bastien réalise des vidéos sur Youtube. En 2008, c'est-à-dire aux balbutiements de la plateforme, il met en ligne des sketchs. Mais dès 2010, alors qu'il est encore au lycée, il se dit qu'il a envie d'un projet plus sérieux.

"J'étais fan, à cette époque, d'un site internet anglais incroyable, véritable bible de la pop-culture, qui s'appelle TV Tropes . Ce site recense toutes les facilités narratives utilisées par les scénaristes, c'est passionnant! J'ai beaucoup lu de critiques de films anglais et américains qui n'ont pas la même approche que les Français, je pense principalement à Roger Ebert. Ce sont des écrivains qui envisagent la fiction comme une oeuvre interconnectée."


Alors qu'il étudie les Langues Etrangères Appliquées (Anglais et Russe), il se lance en créant sur Youtube la chaîne Le Tropeur. Les deux premières années, à force de sortir des vidéos de plus en plus poussées, il gagne doucement en nombre d'abonnés.

En mai 2018, ils sont 8 000 quand il sort la vidéo qui va le propulser dans une autre dimension. Il s'agit d'une vidéo dans laquelle notre comtois envisage l'hypothèse de la mort du héros Harry Potter dans un épisode de la saga. Bastien vient de créer ce que l'on appelle "une vidéo virale".

"J'ai fait un million de vues en une semaine. En un mois, mon nombre d'abonnés est passé de 8 000 à 22 000 ! "

Au final, alors qu'il lui aura fallu 2 ans pour arriver à 8 000 abonnés, il gagnera 102 000 abonnés les deux années suivantes ! Il sont désormais 110 000 à le suivre. Ce qui, du coup, intéresse des marques de placement de produits qui proposent des partenariats au vidéaste.
 

Vidéo Harry Potter

La chance de Bastien aura été d'aimer parler de sagas très populaires sur internet. Il ne se force pas à réaliser des vidéos traitant de Star Wars ou de Game of Thrones en sachant que cela va lui assurer de nombreuses vues. Il en parle car ce sont des univers qu'il aime. Et le contenu est sufisamment pointu justement pour que les fans adhèrent à son discours.

L'objectif, désormais, c'est de se professionnaliser. De gagner suffisamment sa vie pour ne pas s'interdire de traiter tel sujet qui ne serait pas rentable. Et aussi, de constituer une équipe autour de lui pour l'épauler.

"C'est souvent très dur de tout faire tout seul dans sa chambre. Ne serait-ce que pour m'aider à me filmer. J'aime travailler sur de longues focales pour avoir une image très nette, sauf que je dois me mettre loin de l'appareil pour cela. Et il m'arrive souvent de devoir refaire des prises car je ne suis pas aussi net que je le voudrais !"

Dans les prochains jours, Bastien va sortir une vidéo importante pour lui, la "FAQ des 100 000 abonnés". Il s'agit de vidéos que réalisent les youtubeurs bien installés. Et il l'est, désormais. Il a reçu 500 questions par mail !

Il va ensuite s'attaquer à la saison 2 de "la page blanche" sa playlist de vidéos sur l'écriture d'un scénario. Lui, qui a fait très longtemps du théâtre, aime travailler des dialogues à deux ou trois individus, réalisant lui-même tous les personnages.

Alors forcément, un jour, il y aura l'envie de se coller vraiment dans la réalisation d'un court-métrage. Logique, quand on est tombé tout petit dans la marmite. Oui, vous avez compris. C'est une conclusion en forme de trope.


 

Sur le même sujet

Les + Lus