Cet article date de plus de 9 ans

Auxerre : l'AJA est dos au mur

Les Auxerrois (20es au classement) jouent à Nice (14e) samedi 21 avril 2012

"Nous sommes dos au mur", déclare l'entraîneur de l'AJ Auxerre Jean-Guy Wallemme avant la rencontre de cette 33e  journée de Ligue 1. Mais, le coach de la lanterne rouge du championnat reste malgré tout optimiste avant les 6 dernières journées du championnat.

Vous entrez dans une phase charnière de la fin de saison, face à des équipes qui luttent comme vous pour le maintien, Nice, Brest et Dijon ?

"C'est une évidence, personne ne lâche en ce moment. Nous sommes dos au mur depuis un moment. Mais on ne va pas aller à Nice avec la tremblote. Jusqu'à présent, on a hissé notre niveau par rapport à des équipes plus fortes. On respecte tous nos adversaires, et Nice en premier lieu. On sait que ce n'est jamais facile d'aller jouer chez eux. C'est un match très important pour les deux équipes. C'est bien une phase charnière sur les trois prochains matches, car il y a effectivement neuf points à prendre. Si on fait le plein, ce serait très bon, sept ce serait intéressant, et moins de sept plus compliqué."

 

Mais votre équipe n'a jamais remporté un match à l'extérieur cette saison ?

"Contre Toulouse et Lyon, précédemment, c'était difficile, mais dans le contenu, il y a eu des choses intéressantes. Et on a bien gêné Lyon qui a été un peu perturbé ensuite, pour sa finale de Coupe de la Ligue contre l'OM huit jours plus tard. Au plan mental, ces trois prochains matches sont importants. Nous sommes montés en puissance depuis plusieurs matches, et maintenant il est temps de valider cette progression par trois points."

"Des jokers prolifiques"

Votre équipe a semblé un peu timide dans ses entames de match. Allez-vous chercher à jouer d'entrée à Nice, alors qu'il va vous manquer deux joueurs créateurs ?

"Ce serait bien de jouer d'entrée et non d'attendre un certain temps pour s'y mettre pendant un quart d'heure. Jouer une heure un quart sur le match ce serait bien. Je ne parle pas encore de faire un match plein. Car cela passe par une performance collective globale, servie par des performances individuelles tout au long du match, et non par des bouts de matches comme jusqu'à présent. J'ai vu que nos remplaçants sont des jokers prolifiques. Leurs entrées en jeu ont toujours été intéressantes. Maintenant, c'est dans la durée que je leur demande d'être performants, et non en bouts de match."
 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aj auxerre