Inquiétudes pour les intérimaires de PSA

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

PSA s'apprête à tenter de reclasser environ 300 salariés et diminuer le nombre d'intérimaires employés.

Les syndicats de PSA Peugeot Citroën ont fait part jeudi de leur inquiétude persistante, à l'issue d'une rencontre avec la direction qui leur a confirmé une prochaine baisse du recours à l'intérim et de grosses difficultés à reclasser en interne quelque 300 personnes. Le site de Sochaux ne serait pas concerné par ces baisses d'effectifs.

PSA a annoncé la prolongation jusqu'à fin décembre d'un dispositif de mobilité qui devait se terminer en septembre.

Près de 1.000 postes "non pérennes" ont été identifiés par la direction mais seulement

700 titulaires de ces postes ont été volontaires au dispositif de mobilité, en interne ou externe. D'où la nécessité de prolonger le dispositif.

"Il y a à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) encore 115 CDI (contrat à durée

indéterminée) qui doivent partir sur un autre site", a détaillé Jean-Pierre Mercier,

délégué CGT, "et 200 salariés sur d'autres sites".

Franck Don, délégué CFTC, a confirmé la prolongation de trois mois du dispositif

et s'est interrogé sur la suite: "Est-ce une simple mesure avant l'annonce d'autres

mesures plus importantes sur l'emploi?"

Selon Ricardo Madeira (CFDT), "les rumeurs disent qu'ils attendent les élections

pour faire après des annonces plus drastiques".

La CGT a fait état du départ de 300 intérimaires sur le site d'Aulnay dans les

trois mois à venir. "Pour le reste des intérimaires, il n'y a eu aucun chiffre,

ni site précis", a affirmé M. Mercier.

Le délégué CGT a aussi relevé la situation de 180 salariés du site de Melun-Sénart

(pièces détachées) qui doit fermer. "Ces salariés ne veulent pas déménager à Poissy

ou Saint-Ouen, vont-ils être licenciés?", a-t-il demandé. Au siège du groupe, Pierre-Olivier Salmon, porte-parole de la direction, a affirmé que "si les missions des intérimaires

ne sont pas renouvelées, ce n'est pas pour accroître la charge de travail des autres,

c'est parce que la production baisse".

Même si les carnets de commande sont bons, le président du directoire Philippe

Varin a alimenté les craintes des syndicats ces deux dernières semaines en multipliant

dans la presse les mises en garde sur une nécessaire préparation à "des temps plus

difficiles".

M. Varin avait assuré qu'à "ce stade", le groupe n'envisageait pas de plan de

départs volontaires, en ajoutant que "le recours à la sous-traitance et à l'intérim"

offrait de la "flexibilité".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité