Cet article date de plus de 9 ans

L'abbaye de la Pierre qui Vire croit au biogaz

La ferme de l'abbaye inaugure une installation de méthanisation vendredi 5 octobre 2012

Les moines vont utiliser le lisier de leurs bovins, caprins, ainsi que des déchets végétaux comme source d’énergie. 

L'abbaye bénédictine est située sur la commune de Saint-Léger-Vauban, dans l’Yonne. Elle possède une ferme dans laquelle travaillent 6 personnes. On y fabrique différents fromages à partir de la production de lait de vache (450 000 litres par an) et de lait de chèvre (45 000 litres). Les moines ont décidé d’installer une unité de méthanisation, qui permet à la fois de stocker le lisier des animaux et de produire de l’énergie pour la fromagerie.
 

"Après la méthanisation, plus de 90 % de la matière entrante se retrouve en sortie. Ce digestat liquide contient l’ensemble des éléments fertilisants (azote, phosphore, potasse) présents dans les matières entrantes, mais sous une forme plus minérale. C’est donc un très bon engrais à épandre sur les prairies de la ferme", expliquent les promoteurs du projet.

Des moines très "bio"

La méthanisation permet d’éviter les émissions de 120 tonnes d’équivalent CO2. Environ la moitié vient de la suppression des émissions de méthane et de protoxyde d’azote qui auraient été rejetées naturellement par les effluents d’élevage sans méthanisation. L’autre moitié vient de la substitution d’énergie fossile (électrique et thermique). Cet investissement a coûté 450 000 euros.

Cela fait de nombreuses années que l’abbaye a commencé à utiliser des ressources naturelles pour ses besoins énergétiques. Dès 1968, une centrale hydraulique de 450 kW électriques a été mise en route sur le site et depuis 2005, les moines se chauffent par le biais d'une chaufferie bois plaquettes de 1 200 kW thermiques.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement énergies renouvelables