La CGPME s'étonne du poste confié à Montebourg

La CGPME s'étonne que le "redressement productif" de la France soit confié au "chantre de la démondialisation"

La CGPME (Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises) regroupe quelque 200 branches professionnelles et 120 unions territoriales couvrant quelque 600.000 entreprises.

"L'intitulé du ministère de M. Montebourg qui est "Redressement productif", c'est une belle ambition mais le premier moyen de redresser la France c'est de rétablir la balance commerciale et l'on verra quels sont les moyens qu'il propose pour cela", a déclaré le secrétaire général de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises Jean-Eudes du Mesnil. "M. Montebourg était le chantre de la démondialisation et, quand on parle balance commerciale, on parle précisément des échanges avec l'extérieur dans un cadre de plus en plus mondialisé", a-t-il précisé.

M. du Mesnil s'est en revanche félicité du maintien d'un ministère délégué chargé des PME et de l'association de celles-ci à l'innovation. "Rattacher les PME à l'innovation et à l'économie numérique cela fait bien apparaître que les PME, quelle que soit leur taille, sont des entreprises innovantes: cela va tout à fait dans le bon sens", a-t-il déclaré.

Fleur Pellerin a été nommée ministre déléguée auprès de M. Montebourg chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique tandis que Sylvia Pinel devient ministre déléguée à l'Artisanat, au Commerce et au Tourisme.