Cet article date de plus de 9 ans

Les Ateliers d'Armançon en pleine expansion

L'entreprise de maroquinerie de Semur-en-Auxois va relocaliser une partie de sa production située au Vietnam.
video title

Les Ateliers d'Armançon relocalisent

Certains secteurs d'activité ne connaissent pas la crise... C'est le cas de la maroquinerie de luxe. A Semur-en-Auxois, les Ateliers d'Armançon fonctionnent à plein régime. L'entreprise, qui fabrique des sacs pour les marques les plus prestigieuses, va rapatrier du Viet-Nam une centaine d'emplois en

Alors que la Bourgogne compte plus de 105 000 demandeurs d’emploi, Les Ateliers d’Armançon -  qui fabriquent des articles de voyage, de maroquinerie et de sellerie - ont du mal à recruter de la main d'œuvre qualifiée.

Sur le site de Semur-en-Auxois, les 620 salariés ne manquent pas de travail. Les carnets de commande sont remplis. Les marques de luxe françaises figurent parmi les principaux clients. Il faut aussi répondre à la demande du marché asiatique. Les Ateliers d’Armançon ont procédé à 150 recrutements l’an dernier et à 100 recrutements depuis le début de l'année 2012. 
 

Afin de trouver du personnel qualifié, l'entreprise a passé un partenariat avec Pôle emploi et le Greta 21 (Groupement d'établissements pour la formation continue). C'est ainsi qu'une formation CAP Maroquinerie co-financée par le conseil régional de Bourgogne et Pôle emploi a vu le jour en 2010-2011. Ce dispositif de formation continue ayant été un succès, on compte aujourd'hui trois promotions de CAP maroquinerie, une en apprentissage et deux en formation continue.
 

L'entreprise accepte de recruter des demandeurs d’emploi sans condition de diplôme. Elle cherche avant tout à détecter les capacités des personnes jeunes et adultes et leur motivation, leurs aptitudes à réaliser un travail minutieux et soigné. Il s'agit notamment de pourvoir des postes de couture, qui nécessitent une bonne connaissance des matières souples telles que le cuir. "Cette pratique a permis d'insérer dans l’emploi des jeunes femmes demandeurs d’emploi du bassin d’emploi souvent inscrites depuis plusieurs mois au chômage, souligne Michèle Lailler Beaulieu, directrice de Pôle Emploi en Bourgogne.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie entreprises emploi