Innovation médicale: le Grand Besançon et ses start-up rejoignent la French Tech

Publié le Mis à jour le

La French Tech, qui fédère les start-up françaises à l'initiative de l'Etat, vient de labelliser la candidature "Besançon Bourgogne Franche-Comté Medtech Biotech", portée par l'agglomération de Besançon, un réseau de start-up du médical et le Pôle des Microtechniques. 

Ces dernières années, près de 200 start-up ont été créées sur le territoire du Grand Besançon, dont une quarantaine est spécialisée dans dans les dispositifs médicaux ou les thérapies nouvelles.

"L’appartenance au réseau French Tech conforte l’écosystème local, né de la diversification des entreprises horlogères dès les années 70, qui a permis l’émergence de savoir-faire spécifiques, et de compétences très pointues dans l’infiniment petit, la fabrication de microsystèmes, de capteurs en tous genres, mais aussi en matière de développement de thérapies innovantes", se félicite l'agglomération dans un communiqué.

L’objectif est désormais de créer "30 start-ups par an, dont 6 à fort potentiel de croissance, grâce à la mobilisation de tous les acteurs qui portent le développement de la filière Santé" et grâce à "près de 5 millions d’euros de fonds publics, complétés par des fonds d’investisseurs privés" ces 5 prochaines années.

Les points forts de "l'écosystème" du Grand Besançon
  • Un réseau de 200 start-ups, dont 40 dans le médical.
  • 400 PME s’adressant au médical, un cluster dédié «Innov’Health», un écosystème qui fonctionne en circuit court.
  • Une recherche dense et dynamique : Femto ST, l’Etablissement Français du Sang, le centre d’investigation clinique du CHRU, le Centre d’étude et de recherche sur le tégument, l’Institut Fédératif du Cancer.
  • Un réseau d’aide à la naissance et l’accompagnement de projets : Biotika, l’incubateur, les pépinières.…
  • Une politique volontariste : création de Temis Sciences puis de Temis Santé, mise à disposition de salles blanches, soutien au développement de la filière. Une stratégie de l’agglomération soutenue par la Région, le Département et la CCI.
  • Une formation de qualité : Université de Franche-Comté, ENSEMM, ISIFC, le projet I-Site.
  • Des partenariats déjà forts liés par les entreprises et les chercheurs, notamment avec Strasbourg mais aussi Lyon et Grenoble
Ce qui doit enrichir le dispositif dans les années à venir:
  • La création de Bioinnovation aux Hauts du Chazal.
  • La création d’un «accélérateur régional» avec des fonds privés.
  • Une politique de mentors : chaque « startupeur » du médical sera accompagné par un chef d’entreprise.
  • La création du village de l’innovation par le Crédit Agricole.
  • L’animation du réseau d’innovateurs grâce à Hacking Health et au travers d’événements dédiés.
  • La création d’un concours national de projets MedTech-BioTech.
  • La création d’une offre « Welcome in Besançon » spécialement dédiée aux start-ups du médical, françaises ou étrangères.
  • La structuration d’un pôle numérique à Planoise