• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

L’interdiction des néonicotinoïdes est-elle menacée par le lobby des pesticides ?

© Licence CC by Pixabay
© Licence CC by Pixabay

L’Union Nationale de l’Apiculture Française est inquiète. Les néonicotinoïdes, qui s'attaquent au système nerveux des insectes, ont été interdits en France. Mais, l’Union des industries des pesticides a lancé un recours en justice.
 

Par B.L.

C’est quoi les néonicotinoïdes ?

Les néonicotinoïdes sont des molécules qui s'attaquent au système nerveux des insectes, donc des pollinisateurs.
Même à faible dose, les abeilles et les bourdons sont désorientés et ne retrouvent plus leur ruche.


L’interdiction des néonicotinoïdes est entrée en vigueur le 1er septembre 2018. Cette décision a été accueillie avec joie par les apiculteurs et les défenseurs de l’environnement. Même s’ils s'inquiètent de la possibilité de dérogations au cas par cas, jusqu'au 1er juillet 2020.

En revanche, les agriculteurs ne décolèrent pas. On vient d’apprendre que l’Union des industries des pesticides (UIPP) a attaqué en référé le décret du 30 juillet 2018 listant les molécules néonicotinoïdes concernées par l’interdiction inscrite dans la loi Biodiversité de 2016.

 
 

Pourquoi un recours en justice est-il inquiétant ?

"Cette procédure juridique serait susceptible de remettre en cause l’interdiction française des néonicotinoïdes", s’inquiète l’Union Nationale de l’Apiculture Française.


"Le Conseil d’Etat aurait déjà statué en référé pour refuser la suspension temporaire de cette interdiction. La décision sur une éventuelle annulation définitive du décret serait attendue pour les prochaines semaines", indiquent les représentants des apiculteurs.
 
"A rebours des attentes de nos concitoyens et du vote des parlementaires,  le lobby des pesticides poursuit son action désastreuse pour les pollinisateurs et la biodiversité dans son ensemble : oiseaux, organismes du sol, vie aquatique, etc. Nous soutiendrons les pouvoirs publics dans la défense ferme de cette interdiction", assure Gilles Lanio, président de l’Union Nationale de l’Apiculture Française.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus