Joigny : le cambrioleur présumé des Restos du coeur a été arrêté

Mardi 2 octobre 2018, un Jovinien a été interpellé car il est suspecté dans une vingtaine de cambriolages dont celui aux Restos du Coeur.

Qui a cambriolé le local des Restos du Coeur de Joigny trois fois en un an ?
Cette question va peut-être trouver une réponse avec l'interpellation d'un Jovinien ce mardi 2 octobre 2018 à l'aube.

L'homme est suspecté d'un vingtaine de cambriolages dans la région de Joigny. Parmi eux, trois intrusions dans les locaux de l'association caritative les Restos du Coeur.

Le week-end du 8 et 9 septembre dernier, lors du troisième cambriolage, 500 euros avaient été volés ainsi que de la nourriture et des jouets. 

Le suspect serait un bénéficiaire des Restos du coeur de Joigny. Il aurait revendu une partie de son butin à un brocanteur de Migennes.
Sa piste a été remontée car il avait laissé son nom lors de la transaction. 
Il aurait aussi volé un véhicule de la société Elite restauration.

L'homme sera déféré au parquet de Sens ce mercredi matin.


Des mesures de sécurisation

Fin septembre, après le troisième cambriolage, la mairie a décidé d'installer un grille en fer et la vidéo-surveillance afin de protéger le local et de dissuader les cambrioleurs.

A Joigny, l'association vient en aide à 250 familles. Elle a lancé un appel aux dons pour 300 à 400 jouets pour Noël.

Le reportage en septembre 2018 de Baziz Djaouti et Yoann Etienne

Intervenants :
  • Patrick Delpierre, co-responsable de l'antenne des Restos du coeur de Joigny
  • Bernard Moraine, maire (DVG) de Joigny


 
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité