• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Olivier Delcourt est l'invité du JT après la victoire de Dijon sur l'Olympique Lyonnais

Le président du Dijon Football Côte-d'Or, Olivier Delcourt, est l'invité de l'émission Objectif Ligue 1, mercredi 30 mars à 17h sur le site de France 3 Bourgogne. / © France 3 Bourgogne
Le président du Dijon Football Côte-d'Or, Olivier Delcourt, est l'invité de l'émission Objectif Ligue 1, mercredi 30 mars à 17h sur le site de France 3 Bourgogne. / © France 3 Bourgogne

Après la victoire inattendue des footballeurs dijonnais, samedi 27 août 2016, 4 buts à 2 face à l’Olympique Lyonnais, leader de Ligue 1, Olivier Delcourt, président du DFCO, est l'invité du journal de 19h de France 3 Bourgogne-Franche-Comté.

Par MB avec AFP

Dijon avait pourtant mal entamé sa saison de Ligue 1 avec deux défaites en deux matches. Mais hier, sur sa pelouse du stade Gaston Gérard, le DFCO a montré qu’il n’était pas là pour faire de la figuration.

La sortie de Lacazette a marqué une rupture pour l’OL
Tout avait bien débuté pour Lyon, avec l'ouverture du score par Corentin Tolisso (20e). Et même si Dijon a rapidement recollé au score grâce à un penalty transformé par Sammaritano (1-1, 24), tout allait bien pour l’OL : Alexandre Lacazette redonnait rapidement l'avantage à Lyon, à la suite d'un relais avec Nabil Fekir (2-1, 37). L'OL semblait se promener sur la pelouse malgré une chaleur accablante.

Mais Lacazette a été victime d'un coup sur le genou gauche de la part du défenseur Cédric Varrault (42). Après avoir été examiné en bord de touche, l'encadrement du club rhodanien a choisi de remplacer son avant-centre par Mathieu Valbuena (45), au moins par précaution.


La sortie de Lacazette a marqué une rupture pour les Lyonnais. Car, dans la foulée, l'OL a concédé l'égalisation dans le temps additionnel sur un but de Julio Tavares, reprenant un bon centre délivré de l'aile droite par Frédéric Sammaritano (2-2, 45+2).

A l'image de la fin de première période, les 45 dernières minutes furent catastrophiques. En plus de la sortie de son attaquant-vedette, l'OL a déploré une nouvelle fois de trop nombreuses approximations dans la récupération du ballon et les hésitations de sa ligne défensive souvent dépassée. Dijon a réussi à prendre l'avantage avec un but de Dylan Bahamboula à la réception d'un corner (73).
En fin de partie, Pierre Lees-Melou portait le score à 4-2 d'un tir enroulé du droit (88). La formation de Bruno Genesio a logiquement concédé ses quatre premiers buts de la saison face aux Dijonnais qui décrochent leur premier succès de la saison.

Lacazette et Fékir, blessés, pourraient manquer le rassemblement des Bleus lundi

Pour les Lyonnais, la défaite est d'autant plus amère qu'ils ont monopolisé le ballon (75% de possession). Et que, circonstance aggravante, 2 de ses joueurs sont blessés. Une inquiétude sérieuse concerne Alexandre Lacazette, le meilleur buteur du championnat (6 buts), sorti prématurément du match juste avant la pause, après avoir été touché au genou gauche. "Pour Alexandre, il faut attendre car la blessure est fraîche. Il devrait passer des examens complémentaires lundi", a expliqué JMA.
Un autre attaquant, Nabil Fekir, souffre également du genou. Il pourrait même subir une légère intervention dès lundi, selon Jean-Michel Aulas. "Nous savions qu'il pouvait y avoir un risque d'une petite intervention chirurgicale consistant à nettoyer son articulation. Nous allons regarder avec le chirurgien, le docteur Bertrand Sonnery-Cottet. Il m'avait prévenu qu'il n'était pas impossible de devoir pratiquer une intervention, dès lundi. Nous prendrons une décision dimanche", a dit le président lyonnais après la rencontre.

Fékir et Lacazette, tous deux rappelés en sélection jeudi par Didier Deschamps, ont donc de fortes chances de manquer le rassemblement des Bleus, prévu lundi à la mi-journée.

Réactions dijonnaises : « Je suis fier de mes joueurs" (O. Dal’Oglio)

Frédéric Sammaritano (milieu de Dijon) : "Ca fait plaisir et ça nous donne beaucoup de confiance. Nous attendions ces premiers points. Nous sommes allés chercher la victoire. Nous étions énormément en difficulté en première période. Au courage, nous avons réussi à revenir à 2-2. C'était un peu miraculeux car Lyon avait eu beaucoup de situations. Nous n'avons rien lâché. En seconde période, après dix à quinze minutes de flottement, nous sommes allés chercher la victoire.
Tout n'a pas été parfait car nous avons encore pris deux buts et concédé beaucoup d'occasions. Nous n'avons pas encore rendu de "clean-sheet" cette saison. Mais il y a des motifs d'espoirs. Nous avons plutôt bien joué en nous projetant vite vers l'avant."

Olivier Dall'Oglio (entraîneur de Dijon) : "C'était un match avec des vertus de coupe. Nous n'étions pas loin de la rupture face à une équipe de grande classe sur la première période. Les joueurs ont été courageux et forment une véritable équipe. Nous l'avions déjà ressenti contre Lille sans le résultat positif. Nous pouvons encore faire mieux dans la conservation du ballon. Les deux équipes ont souffert de la chaleur mais elles ont produit un beau spectacle avec des buts. Je suis fier de mes joueurs."

Réactions lyonnaises : « on a bafoué les fondamentaux du football » (Bruno Genesio)

Corentin Tolisso (milieu de Lyon) : "Nous avons eu beaucoup d'occasions en première période que nous n'avons pas concrétisées. Après la mi-temps, nous n'avons pas fait ce que nous avions produit lors des rencontres précédentes. Toute l'équipe est fautive sur nos difficultés défensives. Tout le monde était énervé et vraiment déçu. Nous souhaitions gagner ce troisième match de rang. Nous n'avons pas fait ce qu'il fallait pour gagner et nous comprenons la colère de l'entraîneur. L'adversaire en voulait beaucoup et avait des arguments."

Sergi Darder (milieu de Lyon) : "Nous avons eu des occasions de marquer mais Dijon a de bons joueurs. Nous avons manqué d'agressivité. Je ne sais pas si c'est inquiétant avant la Ligue des Champions. On ne peut pas refaire ce que nous avons fait sur cette rencontre. Je reconnais qu'en seconde période j'étais un peu plus fatigué. C'est vrai que si nous ne sommes pas très en forme, on ne peut pas gagner. En seconde période, nous n'avons rien fait de bien. Quand on perd, c'est toujours inquiétant mais nous avons gagné nos deux premiers matches."

Bruno Genesio (entraîneur de Lyon) : "Le football est un sport collectif. Nous avons commis de grosses erreurs défensives et j'ai aussi vu des défenseurs qui se sont confrontés à des duels. Cela veut dire que l'on n'a pas fait les efforts collectifs. Je n'ai pas d'explications. J'avais mis en garde mon groupe qui visiblement a mal écouté. Le reste: la sortie de Lacazette, les fautes des adversaires insuffisamment sanctionnées par l'arbitre, ce sont des faits de jeu. Il y a une équipe qui était venue pour gagner et l'autre pour faire du tourisme notamment en seconde période. Face à Dijon, on a bafoué les fondamentaux du football et nous sommes logiquement battus. On a clairement manqué d'implication défensive et de concentration. La sortie d'Alexandre Lacazette nous a fait mal et notre niveau de jeu a baissé après la mi-temps."

Le président de Lyon Jean-Michel Aulas : « Il y a une immense frustration, de la tristesse »

Q: Jean-Michel Aulas, comment ressentez-vous une telle défaite ?
R: "Quand on a l'expérience, cela fait moins mal mais on sait que nous ne sommes pas à l'abri d'une déconvenue. Nous avions très bien joué en début de saison avant de prendre une fessée contre le PSG au Trophée des Champions car nous pensions pouvoir les battre. Nous sommes venus à Dijon avec l'état d'esprit de joueurs qui avaient gagné le match avant de l'avoir disputé. Nous avons manqué d'efficacité car nous avons eu de très nombreuses occasions qui auraient dû nous permettre de mener peut-être 6-1 ou 6-2 à la mi-temps. Nous avons aussi manqué d'efficacité défensive et Dijon a gagné. Il n'y a pas eu photo sur la seconde période et nous perdons un ou deux joueurs. Ca fait très mal. J'aurais sûrement un certain nombre de choses à dire. La colère ne génère pas de bonnes décisions. Nous allons réfléchir tous ensemble car notre groupe est de qualité. Aujourd'hui, l'équipe a manqué d'engagement et de lucidité tactique. Il faisait chaud aussi. Est-ce que c'est un problème plus général d'organisation tactique, ce sera à l'entraîneur d'en décider. Il y a une immense frustration, de la tristesse alors que nous avions un coup fantastique à faire. C'est trop gros pour être vrai d'avoir perdu 4-2 contre un promu qui a des qualités mais qui venait de perdre ses deux premiers matches."

Q: Vous perdez aussi Alexandre Lacazette et Nabil Fekir...
R: "Effectivement. Ils risquent de manquer très rapidement à l'appel. Pour Alexandre, il faut attendre car la blessure est fraîche. Pour Nabil, nous savions qu'il y avait un risque pour qu'il faille  probablement nettoyer son articulation. Nous verrons avec le chirurgien, le docteur Bertrand Sonnery-Cottet qui m'avait prévenu qu'il n'était pas impossible de devoir procéder à une petite intervention, dès lundi. Nous prendrons la décision dimanche."

Q: Pensez-vous profiter des derniers jours du mercato ?
R: "Défensivement, nous avons de très bons joueurs. Nous avons ce qu'il faut. Si nous devons retoucher d'ici la fin du mercato, ce ne sera pas sur ces postes-là où nous avons notamment l'international argentin Emmanuel Mammana qui n'a pas encore joué ou Jérémy Morel qui peut jouer aussi défenseur central. J'ai vu Gérard Houllier (consultant) et Bruno Genesio, ce n'est pas là qu'il faut regarder. Nous attendons les décisions médicales pour savoir s'il faut prendre un joueur supplémentaire, en alternative ou compenser l'absence éventuelle de Lacazette qui va rester à Lyon."

A lire aussi

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus