Journée mondiale sans tabac : et si vous preniez soin de vos poumons ?

© pixabay
© pixabay

Comme chaque année depuis 1987, l’OMS organise ce 31 mai la journée mondiale sans tabac. En 2019, elle a pour thème : le tabac et la santé pulmonaire. Un enjeu qui concerne tous les âges.

Par C.R.

Des risques multiples pour les poumons

Ce sont presque des évidences que rappelle l'Organisation mondiale de la santé ce 31 mai 2019 : le tabagisme actif et l’exposition à la fumée du tabac nuisent à la santé pulmonaire, et de multiples façons :

- le tabagisme actif est responsable de plus des deux tiers des décès dus au cancer du poumon dans le monde.
Cesser de fumer réduit le risque de cancer du poumon : après 10 années de sevrage tabagique, on court environ 2 fois moins de risques qu’un fumeur.

- le tabagisme est la principale cause de maladies pulmonaires obstructives chroniques. Il intensifie également l’asthme.

- au niveau mondial, on estime à 165 000 le nombre d’enfants qui meurent avant l’âge de 5 ans à cause d’infections des voies respiratoires inférieures dues au tabagisme passif. 

- la tuberculose est aggraveé par le tabagisme

- la fumée du tabac est une forme très dangereuse de pollution à l’intérieur des habitations: elle contient plus de 7000 produits chimiques, dont 69 sont connus pour être cancérogènes. 
 

Le vapotage, pas si anodin

L'OMS met en garde les fumeurs, mais aussi les vapoteurs. Selon elle, "la cigarette électronique n'est pas une solution pour arrêter de fumer. Ça pourrait même être le début du problème."

Elle appelle les gouvernements à considérer les produits de vapotage au même titre que le tabac. Et à les taxer au même niveau.
 
Des produits de vapotage en vente dans un bureau de tabac / © Caroline Jouret
Des produits de vapotage en vente dans un bureau de tabac / © Caroline Jouret


Et après le 31 mai, on consulte pour arrêter ?

En France, le tabac est la première cause de mortalité évitable :
78 000 morts chaque année dont 5 000 du tabagisme passif.
On recense 13,4 millions de fumeurs quotidiens et près de 60 % souhaitant arrêter de fumer. 

En Bourgogne, les statistiques de l'ARS (en 2016) montrent que les principales cibles du tabagisme quotidien sont les hommes, mais aussi les 25-34 ans. Le tabagisme occasionnel touche quant à lui une population plus jeune (les 15-24 ans).
Près d’un tiers des personnes déclare être ex-fumeur.
 
module tabac


Tab'agir à Auxerre, mène toute l'année des actions de sensibilisation et de prévention. L’association propose de tester gratuitement le niveau de monoxyde de carbone expiré, de dépendance et de motivation.

Elle propose plusieurs démarches complémentaires pour arrêter de fumer : coaching, consultations, diététique et thérapies comportementales.

Elle présente également une carte des professionnels de santé qui sont là pour répondre aux questions et aux inquiétudes sur le tabac.
 

Même si les fumeurs sont de plus en plus nombreux à arrêter et que le prix des cigarettes augmente, le tabagisme reste un problème de santé majeur.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus