Jura : une trentaine de parents manifestent au conseil départemental contre la modification de la carte scolaire

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lucie Thiery

Quand la carte scolaire devient la carte de la colère. Dans le sud Jura, les élèves de huit communes seront contraints, à la rentrée prochaine, de se rendre au seul collège de Saint-Amour et non plus à Cuiseaux plus proche. Des parents d'élèves sont vent debout contre ce nouveau découpage.

Ils sont particulièrement remontés. Environ 30 parents d'élèves et leurs enfants ont manifesté ce mercredi 26 février après-midi dans le hall d'entrée au siège du département du Jura, à Lons-le-Saunier.

Ils contestent le projet de modification de la carte scolaire. Dans le sud Jura, les enfants résidant à Cousance et dans les 7 autres communes alentours avaient jusque-là le choix entre le collège de Cuiseaux, en Saône-et-Loire, plus proche géographiquement, et le collège de Saint-Amour dans le Jura. 

"Pour certains enfants cela va tripler ou quadrupler leur temps de parcours", déplore une parent d'élève.


Le collège de Cuiseaux est tout proche de Cousance, à seulement 3 km contre 12 km jusqu'à Saint-Amour.

D'après le Département, cette mesure permet d'assurer la pérennité du collège de Saint-Amour dont les effectifs sont en baisse. Des travaux de rénovations sont aussi prévus dans l'établissement.
Cet argument est loin de convaincre les parents d'élèves mobilisés depuis plusieurs semaines.

"Le collège Lucien Febvre de Saint-Amour a été délaissé pendant 20 ans, il est dans un état de délabrement, mais les travaux de rénovation sont entamés, ce n'est pas un établissement en danger comme on veut nous le faire croire"

,estime Muriel Henry-Noël, une représentante du collectif de parents d'élèves.

 
Des parents d'élèves manifestent au conseil départemental du Jura pour protester contre la nouvelle carte scolaire



Le 2 décembre 2019, le département a décidé que tous les collègiens des communes d'Augea, Cuisia, Cousance, Digna, Gizia, Rosay, Chevreaux et Maynal devront faire leur prochaine rentrée au seul collège de Saint-Amour, plus éloigné.
Le collectif de parents d'élèves a alors saisi le tribunal administratif le 1er février 2020 pour demander l'annulation de ce projet de redécoupage scolaire.

En effet, après avoir multiplié les appels auprès des décideurs ou parties prenantes, les représentants de parents d'élèves expliquent avoir appris que le conseil départemental avait entériné "en catimini" ce projet pour une entrée en vigueur à la rentrée de septembre 2020. Une méthode qu'ils contestent et qui a le don de les mettre en colère.

Mobilisés depuis mai 2019 les parents d'élèves ont lancé également une pétition qui a rassemblé plus de 1600 signatures. 

Suite à ce reportage, voici le communiqué que nous avons reçu du département du Jura :

"Dans le contexte de la procédure contentieuse engagée devant le tribunal administratif de Besançon par certains parents d’élèves, le Conseil départemental du Jura tient à rappeler que la délibération qu’il a prise le 2 décembre 2019 s’inscrit dans ses compétences en matière de carte scolaire pour les collèges.
 
En l’occurrence, le déclin continu des effectifs du collège de Saint-Amour, que confirme l’évolution des effectifs en primaire sur son secteur actuel de recrutement, ont conduit le Conseil départemental à proposer la réaffectation progressive des élèves du secteur de Cousance à Saint-Amour. Cette mesure ne concerne, cependant, que  les élèves entrant en 6ème à compter de la rentrée prochaine, et est donc très progressive.
 
Le Conseil départemental de l’Éducation nationale (CDEN), présidé par le Préfet du Jura, a émis à la majorité un avis favorable sur ce projet le 14 novembre dernier, prenant en compte le danger de fermeture du collège de Saint-Amour à moyen terme, qui impliquerait le transfert des élèves du secteur sur le collège de Cuiseaux. De même, la fermeture du collège de Saint-Amour conduirait aussi à engager des travaux sur le site de Cuiseaux pour un montant bien supérieur à ceux que le Département conduit depuis l’été dernier pour requalifier et restructurer le collège de Saint-Amour (budget prévisionnel global de 2,7 M d’Euros sur 2019-2022).
 
L’Inspecteur d’académie a par ailleurs indiqué au cours du CDEN, et confirmé dans une interview à la presse écrite, que les demandes de dérogation pour les fratries, dont un élément a commencé ses études au collège de Cuiseaux, seraient traitées favorablement. La Région, désormais compétente pour les transports scolaires, a précisé que les collégiens déjà scolarisés à Cuiseaux continueront à être transportés dans les mêmes conditions.
 
Ainsi, les collégiens du secteur de Cousance, déjà scolarisés au sein du collège de Cuiseaux ne seront donc pas affectés. Les fratries seront également préservées. Aucune charge financière supplémentaire ne sera mise à la charge des familles. 
 
Il y aura donc un faible allongement des parcours en car pour les élèves du secteur de Cousance pour permettre le maintien, à terme, d’un pôle d’enseignement secondaire (collège et lycée professionnel groupés dans la même cité scolaire).
 
La pérennité du collège de Saint-Amour est essentielle afin d’éviter des désagréments majeurs pour les futurs éventuels collégiens qui auraient dû, en cas de fermeture de cet établissement, être rapatriés vers le collège de Cuiseaux. 
 
De même, l’implantation de la cité scolaire sur la commune de Saint-Amour est un élément vital pour l’attractivité du bourg de Saint-Amour et l’équilibre territorial à l’échelle de la communauté de communes Porte du Jura qui unit désormais les secteurs de Cousance et Saint-Amour."