"C'est notre Histoire" : à Lons-le-Saunier, il veut sauver l'ancienne station de tramway menacée de destruction

Depuis plus d'une semaine, Brice Duchemin, habitant de Macornay (Jura) fait tout son possible pour empêcher la destruction de l'ancienne station de tramway de Lons-le-Saunier. Vestige du XIXe, le bâtiment, désormais abandonné, doit être détruit par la mairie dans les prochains jours.

C'est un bâtiment qui passerait presque inaperçu, juste en face de la gare SNCF de Lons-le-Saunier (Jura). 15m de longueur, une superficie d'un peu plus de 3 000 m², des graffitis et des affiches recouvrant ses murs et une inscription "halte routière" présent sur la façade.

Pourtant, impossible d'entrer à l'intérieur des lieux. Portes et fenêtres sont condamnées, parfois même bouchées par un empilement de moellons. Vissé sur l'un d'entre eux, un panneau : "Chantier interdit au public - Démolition". On comprend vite que le bâtiment ne va sans doute pas faire de vieux os.

"Oui, la mairie de Lons-le-Saunier a prévu de détruire la halte routière pour construire un pôle d'échanges multimodal". En prononçant ces mots, le ton de Brice Duchemin, 34 ans, s'assombrit. Cet habitant de Macornay, à 3 km de Lons-le-Saunier, est fan de "tout ce qui touche au ferroviaire". Il y a quelques semaines, il découvrait par hasard le projet de destruction du lieu. "Je ferai tout mon possible pour empêcher cela" s'exclame-t-il.

Pourquoi ? "On parle ici d'un monument historique de la ville" continue Brice. "C'est plus qu'une simple halte routière. Il s'agit d'une ancienne station de tramway qui date du XIXe siècle". Ce bâtiment date en effet de 1889. "Il y avait à l'époque deux lignes de tramway qui partaient de Lons" reprend Brice Duchemin. "Les rails desservaient tous les petits villages, jusqu'à Saint-Claude. C'était un mode de transport beaucoup moins cher que le train. L'équivalent du bus à l'heure actuelle".

Jusqu'en 1939, date de l'arrêt du tram dans le Jura, des milliers de personnes se sont donc agglutinées dans le bâtiment. "C'est une partie de l'Histoire de la ville, le dernier vestige du passage du tramway à Lons-le-Saunier. On ne peut pas tout raser comme ça" s'insurge le trentenaire. "Et puis de 1939 à 2002, c'était une gare routière, sur le trajet des bus jurassiens. Des tas d'anecdotes se sont déroulés ici".

La dernière en date, il y a quelques années, au moment du mouvement des Gilets jaunes : "ils en avaient fait leur QG" sourit Brice Duchemin. "Le lieu était revenu à la vie quelques semaines. La mairie avait dû faire évacuer les lieux. Après cela, ils avaient condamné toutes les entrées".

En 2010, le trentenaire s'était d'ailleurs déjà opposé à un projet de destruction du site, avec succès. "Moi aussi, j'ai attendu mes bus ici. J'ai passé des heures à côté de ce monument. Je me dis qu'on peut le réhabiliter, le rouvrir au public". Brice l'affirme, il n'est "pas contre le projet du maire. La création du pôle multimodal est une bonne idée. Mais en y intégrant la halte routière".

Restaurer plutôt que détruire

Le fan d'architecture ferroviaire entend proposer à la municipalité un projet alternatif. "À Lons, on a des collégiens, des lycéens et des touristes qui prennent le bus ici" détaille-t-il. "Pourquoi ne pas rouvrir les lieux, aménager un petit hall d'entrée qui permettrait un peu de chaleur l'hiver, et de frais l'été ? Tout en y ajoutant un peu de culture".

Car voilà ce qui anime Brice Duchemin. "J'aimerais qu'on en profite pour mettre un peu de lumière sur l'histoire méconnue du lieu" reprend-il. "Je suis pour la construction d'un mini-musée du tramway. On pourrait mettre des photos d'époques au mur avec des bornes explicatives. Je suis sûr que cela intéresserait les gens".

Pétition en ligne ayant reçu plus de 450 signatures, tour des commerces de Lons-le-Saunier, demande de protection d'immeubles auprès de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) de Bourgogne-Franche-Comté... Brice Duchemin a multiplié les actions pour empêcher la démolition.

"Pour l'instant, je n'ai reçu aucune réponse. Et M. le maire n'a pas voulu me recevoir" regrette le Macorneusien. "Mais je ne perds pas espoir". La mairie n'a pas répondu également aux questions de France 3 Franche-Comté. Pourtant, une réunion publique autour du futur pôle d'échanges multimodal est prévue ce 6 juin. Le maire de Lons-le-Saunier y sera. "Moi aussi" annonce Brice. "Ce sera l'occasion de s'expliquer et de lui parler de mes idées".

Et ne lui dites pas qu'il est déjà trop tard. "Les travaux doivent commencer le 12 juin. Mais tant que je ne verrai pas les tractopelles, je ne m'arrêterai pas" conclut-il. "Et même, je défendrai notre patrimoine jusqu'au bout". La municipalité est prévenue.