• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dole : une exposition pour réfléchir à “La fin des jours” au musée des Beaux-Arts

Les oeuvres de l'exposition balancent entre optimisme et vision apocalyptique. / © DR / France 3
Les oeuvres de l'exposition balancent entre optimisme et vision apocalyptique. / © DR / France 3

Partagée entre destin apocalyptique et espoir de renouveau, cette exposition vous fera réfléchir sur les dégâts que l'homme cause à la planète.

Par M.D. avec Aline Bilinski

C'est une exposition qui résonne étrangement avec l'actualité. "La fin des jours" est à visiter jusqu'au 24 février 2019 au musée des Beaux-Arts de Dole. Entre photos de couchers de soleil et illustrations de fin du monde, l'artiste fait des dégâts de l'homme sur la planète le fondement de son travail. 

Invitée par la directrice des lieux, Lydie Jean-Dit-Pannel a eu carte blanche pour fabriquer une histoire à partir des collections du musée, pour élaborer un parcours. "J'ai fouillé pour qu'on passe d'une nature vierge à une nature domestiquée, violentée. Puis on passe par la guerre, la catastrophe, les ruines et l'impossible renouveau. C'est ce que j'ai recherché dans les collections", explique-t-elle.
 
Dole : une exposition pour réfléchir à "La fin des jours" au musée des Beaux-Arts
>> Aline Bilinski et David Martin

L'artiste, également professeure à l'école supérieure des arts de Dijon, a cherché dans les réserves pour composer son exposition, jetant son dévolu sur des oeuvres dormantes, des toiles abîmées jamais accrochées. Un choix en résonance, lui aussi, avec le thème de l'exposition.

 

"Apocalyptoptimiste"


"Je trouvais que c'était très beau cette idée de joueur pleinement avec la catastrophe, la fragilité. Nos oeuvres, elle sont vivantes aussi. Elles portent la même fragilité qui est la nôtre, explique Amélie Lavin, co-commissaire de l'exposition et directrice du musée des Beaux-Arts. Ca nous permet aussi d'être francs avec les visiteurs : ce sont des oeuvres en très mauvais état et on ne sait pas si, un jour, elles pourront retrouver un état présentable."

Quatre artistes ont aussi été invités à exposer au musée des Beaux-Arts. Des élèves de Lydie Jean-Dit-Pannel dont les oeuvres font écho au thème de l'exposition. Et si cette dernière veut interpeller le visiteur, elle veut aussi l'inciter à croire en une reconstruction possible. Rien n'est fait, le puzzle est en pièces, mais une lueur d'espoir est permise. "Je dirais que je suis apocalyptoptimiste", reprend Lydie Jean-Dit-Pannel.

L'artiste a carte blanche au musée des beaux arts de Dole. Préambule à sa première exposition rétrospective également prévue au musée des Beaux-Arts de Dole au printemps 2020.

 

Sur le même sujet

Gilets jaunes : avec une cheville ouvrière du mouvement à Montceau-les-Mines

Les + Lus