Accident de saut à ski dans le Jura : Thomas Lacroix, le médecin qui avait fait une grave chute sur un tremplin est mort

L'ancien médecin des équipes de France de ski nordique et médecin généraliste sur la station des Rousses (Jura), Thomas Lacroix avait chuté dimanche 5 juillet sur le tremplin Jason Lamy-Chappuis aux Tuffes à Prémanon. Il a succombé ce 9 juillet à ses blessures.

© Claire Schaffner
La triste nouvelle s'est répandue ce jeudi 9 juillet dans la soirée dans la station de ski du Jura. Thomas Lacroix est décédé quatre jours après le terrible accident dont il a été victime.

"Pas de mots", écrit l'ancien sauteur de l'équipe de France, le Rousseland Nicolas Jean-Prost.
"Pour beaucoup d'entre nous bénévoles et amoureux du ski nous l'avions vu encore aux JOJ en janvier parmi les 300 où 400 volontaires. La vie est bien injuste. En souvenir de tous ces fous rires Thomas, et pour toutes ces moments inoubliables, puissent ces mots et nos pensées nous réconforter un peu et apporter du soutien à tous tes proches. Tu nous manqueras" écrit le ski club des Moussières, club du Haut-Jura. D'Eric Lazzaroni, à Sébastien Lacroix, à Ronan Lamy-Chappuis, les anciens de l'équipe de France de ski nordique sont sidérés par la nouvelle.
  

C'est un drame pour la station des Rousses

Christophe Mathez, maire des Rousses


Aux Rousses, la nouvelle attriste les habitants. "C'est un choc, c'était notre médecin, il était très impliqué, dans la vie du village, les jeux olympiques de la jeunesse. C'était quelqu'un de disponible, précis, très engagé pour la santé ou l'environnement.. c'est quelqu'un qui aura été généreux jusqu'au bout" confie Christophe Mathez, maire de la station des Rousses. Thomas Lacroix sera inhumé dans la station indique le maire. 
 

Les obsèques de Thomas Lacroix auront lieu lundi 13 juillet aux Rousses


Le Président de la Fédération Française de ski Michel Vion joint par téléphone ce matin explique que l'état de santé du médecin s'est dégradé au cours de la journée de mardi. Il était en coma profond au CHU de Besançon. L'accident s'est produit sur le tremplin du Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne où les équipes de France, ou étrangères viennent régulièrement s'entraîner. Sur sa page facebook et son site internet, la fédération exprime : "Les dirigeants de la Fédération, le staff technique et les athlètes s’associent à la douleur de sa famille et de ses proches et lui adressent leurs sincères condoléances.Beaucoup d’émotions pour la Famille du Saut à Ski et l’ensemble du Ski Français. Les obsèques se dérouleront aux Rousses lundi 13 juillet à 15 heures."


Une enquête de gendarmerie ouverte pour comprendre ce qui s'est passé


Que s'est il passé dimanche 5 juillet sur le tremplin de saut à ski du Haut-Jura ? Thomas Lacroix ancien athlète, mais aussi ancien médecin de l'équipe de France de ski nordique effectuait un saut comme le font régulièrement les anciens athlètes toujours passionnés. Il a été victime d'une chute lors de la phase d'atterissage au pied du tremplin synthétique agrandi en 2018 pour accueillir les jeux olympiques de la jeunesse. Un tremplin haut de 117 mètres, les conditions étaient bonnes sur le site, le médecin portait bien un casque. 

Blessé, Thomas Lacroix avait été évacué par hélicoptère vers le CHU de Besançon dans le Doubs. Son pronostic vital était engagé. Selon France Bleu Besançon qui a pu joindre le président de la Fédération Française de ski Michel Vion, le médecin avait été placé dans un coma artificiel.

Le milieu du ski est sans voix, sous le choc. Du massif du Jura et bien au-delà. Le jeune médecin généraliste de 40 ans exerce sur la station des Rousses, il est bien connu des Rousselands et apprécié comme médecin du sport dont il s'est fait sa spécialité. Thomas Lacroix a soigné notamment les athlètes français pendant les jeux olympiques de Vancouver en 2010. Thomas Lacroix est toujours licencié. "Les accidents aussi graves en saut, ça n'arrive quasiment jamais, c'est plus fréquent en descente ou en bosses. La famille des sauteurs est très affectée" avait déclaré Michel Vion au lendemain de l'accident à nos confrères de Bleu.

De jeunes sauteurs suisses étaient présents au moment de l'accident, ils ont pu échanger avec un pyschologue. Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour déterminer les causes de cette chute, rarissime dans le milieu du saut à ski.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident faits divers ski sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter