Coup de froid annoncé par Météo France : face aux risques de gelées, voici quelques conseils pour nos jardins et vergers

Météo France annonce des gelées nocturnes en ce début de semaine, notamment dans la nuit de mardi 6 à mercredi 7 avril sur l'ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté, même en plaine. Dans les jardins et les vergers, des précautions sont à prendre pour tenter de limiter les dégâts.

Cerisier en fleurs
Cerisier en fleurs © Sophie Courageot France Télévisions

On est début avril, pas en juin : les prévisions de Météo France nous le rappellent au cas où la douceur de ces jours derniers nous aurait abusés. Quand les « températures sont au-dessus des normales saisonnières », selon l’expression consacrée, quand elles retrouvent une certaine normalité voire en dessous, il ne faut pas s’étonner, c’est le choc thermique pour nous et pour les plantes !

Les heuchères, ou désespoirs de peintre, sont déjà bien en fleurs
Les heuchères, ou désespoirs de peintre, sont déjà bien en fleurs © Catherine Eme-Ziri France Télévisions

Dès ce mardi 6 avril, de nouvelles gelées prévues sur la région. Et dans la nuit de mardi à mercredi 7 avril, glagla au lever du jour : comme d’habitude, les températures les plus froides seront relevées dans le Haut-Doubs et le Haut-Jura, jusqu’à – 6° voire -12° localement selon la page Facebook . Mais, en plaine aussi, du côté de Besançon, le mercure va descendre en-dessous de 0°.

Alors, forcément, on s’inquiète pour la végétation qui, elle aussi, a profité de la douceur. Les plantes ont bien « débourré » comme aurait dit ma grand-mère, comprenez que les bourgeons, les petites feuilles, bref tout ce qui est vert est parti plein pot en végétation. Résultats : des lilas quasi en fleurs, des fruitiers déjà transformés en boules blanches ou roses, sans parler des plants déjà installés dans le jardin de manière totalement inconsidérée. Mais on en avait tellement envie, besoin, de cette nature.

Un bouton de pivoine, qui semble bien tendre pour rester au gel
Un bouton de pivoine, qui semble bien tendre pour rester au gel © Catherine Eme-Ziri France Télévisions

Fougerolles, le pays de la cerise, se donne des airs japonais. Dans ce pays, le pic de floraison est un véritable événement, qui marque l'arrivée du printemps et est appelé "hanami". L’une des équipes de France 3 Franche-Comté y était. C'est à voir ici.

 

Planter ou ne pas planter ? Bâcher ou pas ? 

Simon Courbet, à Amagney (Doubs), est le représentant de la profession horticole. Selon lui, il est encore possible de planter des arbres et des arbustes en ce moment, mais c’est la dernière ligne droite. Après, il sera préférable de patienter jusqu’à l’automne.

Concernant les plantes annuelles, il conseille de planter sous serre ou… attendre après les célèbres « Saints de glace ». Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais sont fêtés les 11, 12 et 13 mai. Selon la tradition populaire, les gelées après cette mi-mai sont presqu’impossibles.

C’est ce qu’a fait Zé Phanousith dans son jardin ouvrier du Rosemont à Besançon : elle passe seulement aujourd’hui le motoculteur avec son fils, et elle plantera ses légumes plus tard, quand les gelées ne seront qu’un mauvais souvenir.

Coup de froid annoncé par Météo France : face aux risques de gelée, conseils pour jardins et vergers !

Valérie Piraud, elle, vient de s’installer maraîchère à Evans, entre Besançon et Dole. Elle n’a pas encore les moyens financiers d’acheter des serres alors, elle bâche et débâche ses plantations soir et matin. Même avec ces précautions, son funégrec (une plante annuelle aromatique) a été bâché trop tôt. Donc, condensation et coup de chaud préjudiciable…

Quelques conseils pour affronter les gelées annoncées

Déjà : on n’arrose pas ! L’eau va se transformer en glace. Pas la peine de risquer le « sur-accident ». 

On rentre les plantes en pot et on les met à l’abri. C’est le premier « geste qui sauve », plein de bon sens… mais à ne pas oublier.

On essaie de protéger les fruitiers et les plantes en les couvrant d’un voile d’hivernage s’ils ne sont pas trop grands.

On bute les pommes de terre, c’est-à-dire que l’on remet de la terre sur le plant pour le protéger.

On paille les semis si, impatient, vous les avez déjà mis dehors, paillage avec de la paille, comme le nom l’indique, ou des feuilles. Si les tomates sont déjà plantées (erreur grave, grave erreur…), on les couvre avec des bouteilles en plastique dont le fond a été découpé. Voilà une bonne idée de recyclage du plastique. Et si vos tomates gèlent, votre jardinerie ou votre pépiniériste se fera un plaisir de vous en vendre de nouveaux.

Moi, ce n’est pas sur les tomates que j’ai craqué mais sur des plants… de rhubarbe plantés il y a 15 jours. Voici ce que j’ai fait pour essayer de tenter (vainement ?) de les protéger : des tuiles en formation de « petite cabane », astuce vue dans un magazine. Je ne suis pas certaine du résultat mais la photo est déjà pittoresque.

Une protection pour les plans de rhubarbe : des tuiles usagées disposées en "cabanes"
Une protection pour les plans de rhubarbe : des tuiles usagées disposées en "cabanes" © Catherine Eme-Ziri - France Télévisions

Sur les plantes peu abîmées par une gelée, enlevez les feuilles ou les rameaux les plus atteints. Si le coup de froid est trop sévère, il vous faudra le plus souvent renouveler les semis ou les plantations.

En espérant que les gélées ne soient pas trop vives, je vous propose de terminer par le dicton du jour. 5 avril, nous fêtons les Irène et le dicton du jour est : « A la Sainte-Irène, s’il fait beau, il y aura moins de vin que d’eau… ».

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardinage loisirs sorties et loisirs environnement nature météo