Covid-19 : "Il faut tout faire pour ne pas intégrer la zone de surveillance", dit le préfet du Jura

Comme chaque semaine, le préfet du Jura et l'ARS ont communiqué sur la situation sanitaire de leur département. Le préfet insiste une fois de plus sur les efforts à maintenir de la part des Jurassiens. 

David Philot, préfet du Jura.
David Philot, préfet du Jura. © Philippe TRIAS/MaxPPP

"L'enjeu c'est de tout faire pour ne pas intégrer la mise sous surveillance dans notre département. Notre objectif collectif est de maintenir la sécurité sanitaire et éviter les mesures de reconfinement sous toutes leurs formes" a expliqué le préfet David Philot ce mercredi 3 mars, lors de la conférence de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire dans le Jura. Ce dernier, désormais habitué à l'exercice, a prôné la modestie et la prudence malgré une situation sanitaire qui s'améliore sur son département, fortement touché à la fin de l'année 2020.

"Il était temps qu'il y ait quelque chose qui ressemble à une amélioration. Car pour les soignants, ça a été dur et ça l'est encore" a-t-il concédé. Le préfet a décrit un léger tassement des chiffres. Au 27 février, le taux d'incidence était de 210 dans le Jura, alors qu'il était de 232 la semaine avant. 

"En revanche, ce qui est embêtant, c'est la progression du variant britannique. C'est bien celui-ci qui progresse de la façon la plus sensible" détaille-t-il. Dans le Jura, le pourcentage de présence du variant dans les cas positifs est de 37%.

Réouverture de plages de vaccination à la mi-mars

La vaccination dans le Jura se poursuit, notamment avec un accès plus large au vaccin AstraZeneca. En effet, dans le but d'accélérer la campagne de vaccination, la Haute Autorité de Santé a mis à jour début mars ses recommandations concernant ce vaccin. D'abord réservé aux moins de 65 ans, la HAS élargit désormais sa recommandation du vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de plus de 65 ans. Dans le Jura, 19 893 personnes ont été vaccinées avec une première dose. Pour rappel, le vaccin protège uniquement contre les formes graves du Covid-19. 

De nouvelles plages de vaccination vont être ouvertes à la mi-mars dans ce département, car le demande est évidemment forte. "Au mois de mars, nous avons déjà ouvert 5500 nouveaux rendez-vous" a précisé le préfet du Jura, prévoyant une importante augmentation du rythme des vaccinations, notamment grâce au concours des médecins généralistes.

Pratiquement tous les résidents et les soignants des EHPAD du Jura ont été vaccinés. La vaccination a eu un vrai effet sur les plus de 75 ans selon David Philot. "A l'hôpital, il y a eu une évolution positive sur les hospitalisations" précise le préfet, en insistant sur le fait qu'environ la moitié des + de 75 ans ont été vaccinés. "Il y a beaucoup de demandes, d'attente, également sur les 60-75 ans. On est loin d'avoir terminé. Il y a des effets sur ce qu'on a déjà fait mais le chemin est encore long. Il faut tenir, ne rien lâcher, surtout en mars et en avril" a-t-il conclu.

En Franche-Comté, le Jura est le seul département dans lequel le taux d'incidence n'est pas reparti à la hausse, mais il reste néanmoins le plus élevé de la région.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19