FEUILLETON. Quand la Franche-Comté fabriquait des tracteurs

Labourier, Kiva, Messidor ou Chauvin, ces tracteurs étaient fabriqués en Franche-Comté à l'époque où la France modernisait son agriculture. Retour sur ce patrimoine industriel des trente glorieuses injustement méconnu.

En premier plan un tracteur Labourier de 1947
En premier plan un tracteur Labourier de 1947

 

Les MESSIDOR ont été fabriqués à Besançon entre 1950 et 1956
Les MESSIDOR ont été fabriqués à Besançon entre 1950 et 1956 © L.Ducrozet

Episode 1 : DOUGE MESSIDOR, le tracteur de Besançon

Créé en 1880, la société bisontine Douge, aura fabriqué beaucoup de matériel et  notamment des moteurs stationnaires, ils étaient utilisés par exemple pour faire tourner le pétrin des boulangers.

En 1950, pour répondre aux besoin d’une agriculture qui se modernise et qui abandonne peu à peu la traction animale, elle fait le pari de lancer sa propre gamme de tracteurs baptisée «MESSIDOR». La production cessera en 1956 mais Douge continuera de fournir des moteurs à un autre fabricant de tracteurs : la société jurassienne Labourier.  Deux rares exemplaires de Messidor sont exposés au musée de la vie d'antan de Montlebon dans le Doubs. L’un d’entre eux appartient à Michel Douge, petit fils du fondateur de cette société aujourd’hui disparue.

Les tracteurs de Franche-Comté (1/4) : DOUGE MESSIDOR, le tracteur de Besançon
Un tracteur Douge Messidor (coll Imbert)
Un tracteur Douge Messidor (coll Imbert) © L.Ducrozet
deux superbes tracteurs LABOURIER de la collection Imbert dans le Gard
deux superbes tracteurs LABOURIER de la collection Imbert dans le Gard © L.Ducrozet

Episode 2 : LABOURIER, une incroyable saga industrielle

C'est la marque de tracteurs la plus célèbre de la région. Fondé à la fin du 19ème siècle dans le Jura, Labourier se développe entre les deux guerres  avec ses engins tout-terrain et le reconditionnement de camions américains. A partir de 1945, l'entreprise qui est basée à Mouchard sort ces premiers tracteurs de série : les LD. Jusqu’à 600 personnes travailleront dans les années 50 pour la firme jurassienne. Avec son réseau de concessionnaires, la marque connait un vrai succès en France. 10 000 tracteurs sont vendus entre 1950 et 1960 !. Un taux d’équipement important et la concurrence des grandes marques du secteur vont hélas contraindre la société franc-comtoise à ralentir sa production puis à cesser la fabrication de tracteurs en 1978.

Mais Labourier était également connue pour ses véhicules spéciaux : Chasse-neige, engins forestiers, motochars etc.... Tout était fait maison ou presque puisque l’entreprise possédait sa propre fonderie. la société  Labourier existe toujours  et l'amicale Labourier préserve la  mémoire de cette marque très prisée par les amateurs de vieilles soupapes. Le plus étonnant est que la plus grande collection de tracteurs Labourier ne se trouve pas en Franche-Comté mais dans le Gard,  où la famille Imbert, des viticulteurs depuis plusieurs générations, possède  de nombreux modèles soigneusement restaurés.

Les tracteurs de Franche-Comté (2/4) : LABOURIER, une incroyable saga industrielle
A Mouchard, le Jurassien Labourier a produit des milliers de tracteurs jusqu'à la fin des années 70
A Mouchard, le Jurassien Labourier a produit des milliers de tracteurs jusqu'à la fin des années 70 © L.Ducrozet
LABOURIER ne produisait pas que des tracteurs mais aussi des véhicules spéciaux comme ce chasse-neige soigneusement restauré par la famille Imbert
LABOURIER ne produisait pas que des tracteurs mais aussi des véhicules spéciaux comme ce chasse-neige soigneusement restauré par la famille Imbert © L.Ducrozet

Episode 3 : DHOTEL MONTARLOT, la moisson ingénieuse

Si la Bourgogne reste une terre de fabrication de tracteurs enjambeurs destinés à la vigne comme la société  BOBARD,  qui se souvient des moissonneuses batteuses DHOTEL MONTARLOT fabriquées à Châtillon-sur-Seine ?  Dans les années 50, son concept de modèle  DZL en partenariat avec Labourier, était alors d’associer à un tracteur des éléments de coupe et de battage pour constituer une moissonneuse batteuse. L’assemblage se faisait en quelques heures et le reste de l’année l’agriculteur pouvait utiliser l’engin comme simple tracteur. La production DHOTEL cessera au début des années 60. Ces machines sont rares mais heureusement le FRAMAA qui se trouve dans la Nièvre et  qui abrite la plus grande collection de moissonneuses batteuses au monde, en possède un exemplaire qui fonctionne parfaitement.

Les tracteurs de Franche-Comté (3/4) : DHOTEL MONTARLOT, la moisson ingénieuse
la rarissime moissonneuse DHOTEL MONTARLOT du musée de la machine agricole de Saint-Loup dans la Nièvre. Ces machines étaient fabriquées à Chatillon-sur-Seine (21)
la rarissime moissonneuse DHOTEL MONTARLOT du musée de la machine agricole de Saint-Loup dans la Nièvre. Ces machines étaient fabriquées à Chatillon-sur-Seine (21) © L.Ducrozet

Episode 4 : KIVA et CHAUVIN, petits tracteurs...  gros culte !

L'autre grand succès de la production d’engins agricoles en Franche-Comté,  c'est la KIVA  ! Ce drôle de tracteur à trois roues créé au début des années 30 par la société Daloz va connaitre un grand succès. Des milliers d’exemplaires seront vendus jusqu’au début des années 70, époque où la marque Kiva préfère se recentrer sur de petites faucheuses afin de toucher le grand public. Les KIVA à trois roues et leur physionomie minimaliste font l’objet d’un véritable culte parmi les collectionneurs. Le plus célèbre d’entre eux est Camille Camp surnommé le docteur «es Kiva» . Il fut le premier à se mobiliser pour sauver ces tracteurs de la ferraille . Aujourd’hui, une grande fête celébre la KIVA tous les deux ans dans le Haut-Jura.


Un autre Jurassien, Albert Chauvin, s'est lui aussi lancé dans la fabrication de tracteurs en misant sur des modèles particulièrement adaptés aux zones montagneuses. La production des CHAUVIN entre 1948 et 1959 sera plus confidentielle, probablement moins de 200 unités, mais le R6 dont un superbe exemplaire est visible au musée d’antan de Montlebon est très recherché comme la KIVA. 

Les tracteurs de Franche-Comté (4/4) : KIVA et CHAUVIN, petits tracteurs... gros culte !
La KIVA un drôle d'engin mais une grande polyvalence.
La KIVA un drôle d'engin mais une grande polyvalence. © L.Ducrozet
Les tracteurs CHAUVIN, une production confidentielle et donc  très recherchée
Les tracteurs CHAUVIN, une production confidentielle et donc très recherchée © L.Ducrozet



 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture agriculture économie histoire musée le feuilleton à l'antenne vos rendez-vous