• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Jura : les pêcheurs demandent l'interdiction de la pêche sur la rivière La Bienne

Une nouvelle mortalité de poisson sur la Bienne dans le Haut-Jura / © La Biennoise
Une nouvelle mortalité de poisson sur la Bienne dans le Haut-Jura / © La Biennoise

Le conseil d'administration de la Biennoise s'est réuni hier soir en urgence. L'association de pêche la Biennoise a constaté une mortalité de poissons liée à une nouvelle pollution. Une plainte a été déposée. La pêche devrait être interdite sur 20 km. 

Par Sophie Courageot

Nous allons demander la fermeture de la pêche sur 20 km du barrage d'Etables à Saint-Claude au pont des carrières à Lavancia

résume ce matin Charles Varenne le président de la Biennoise. La demande sera transmise aux autorités dans la journal. Un arrêté préfectoral d'interdiction de la pêche devrait tomber dans les prochains jours.

Des poissons malades. Morts par dizaine. Ou à l'agonie, c'est le constat effectué dimanche 22 mai par les pêcheurs présents sur les bords de la Bienne (Jura).

Lundi, entre 40 et 50 truites ont été récupérées à hauteur du barrage de Lavancia. Les poissons étaient atteints de mycoses. Des prélèvements ont été effectués. La gendarmerie a fait un constat. Et une plainte contre X a été déposée par l'AAPPMA la Biennoise

On est en train de laisser crever la rivière

dénonce Charles Varenne, président de la Biennoise. Selon lui, les rejets des stations d'épuration du secteur et les industriels sont à l'origine de cette nouvelle pollution. Charles Varenne se dit favorable à une fermeture de la pêche pour laisser les poissons tranquilles et pour préserver ce qui reste de la population piscicole. Il est inquiet car des poissons malades auraient été apercus également en amont à Morez. 

En 2012 et 2013 des arrêtés préfectoraux avaient acté la fermeture de la rivière du Haut-Jura pour pollution. 

Sécheresse et crues aggravent la situation


Pour Nicolas Germain, pêcheur passionné et militant, les polluants présents dans la rivière se sont déposés l'été dernier au fond des sédiments. Les crues du printemps ont remué le tout et sont sans doute à l'origine de cette nouvelle mortalité printanière. 


Sur le même sujet

Château du Clos de Vougeot : l'hologramme d'un moine cellerier

Les + Lus