• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Maternité de Saint-Claude : la mairie veut attaquer l'ARS au tribunal administratif

Les maires de Raviolles, des Rousses, de Lamoura et de St-Claude, en tête de cortège lors de la manifestation du 23 mars 2018. / © Isabelle Brunnarius
Les maires de Raviolles, des Rousses, de Lamoura et de St-Claude, en tête de cortège lors de la manifestation du 23 mars 2018. / © Isabelle Brunnarius

Alors que des cadenas ont été placés sur les portes de la maternité de Saint-Claude, un rassemblement de citoyens est prévu ce mardi à 18h. La mairie s'apprête même à attaquer l'Agence Régionale de Santé devant le tribunal administratif.

Par Sarah Rebouh

"La maternité du Centre hospitalier Louis Jaillon de Saint-Claude n’a pas été épargnée. L’Agence Nationale de la Santé (ARS), pour des raisons budgétaires, a acté la suspension des activités de pédiatrie et de maternité le 3 avril 2018 et la chirurgie le 16 avril prochain au profit de l’hôpital de Lons le Saunier" explique un communiqué rédigé par le Comité de Défense et Soutien Hôpital de Saint-Claude (Codesoho). Le Comité appelle à un nouveau rassemblement citoyen dans la cour de l’hôpital le mardi 3 avril 2018 à 18 heures, "jour de l’application de cette décision funeste".

Découvrez notre reportage :
Maternité de Saint-Claude : les habitants de Saint-Claude "ne lâcheront rien"
Intervenants : André Jannet - Président du comité de défense et de soutien de l'hôpital de Saint-Claude. Un reportage de : SCHAFFNER Claire, BROCARD Laurent et GOMEZ Pascal.

"On ne lâchera rien"


"Ce soir c'est un simple au revoir à la maternité, car on pense bien la faire réouvrir. On ne lâchera rien. La municipalité a désormais un avocat et on est en train de faire un dossier béton pour emmener l'ARS devant le tribunal administratif" nous a confié André Jannet, président du comité de soutien à l'hôpital de Saint-Claude. L'information avait déjà été distillée lors des manifestations précédentes, mais cette fois-ci le dossier est bien sur les rails.

"On en est vraiment qu'au tout début. La procédure est en cours. On ne peut pas rester avec des gens qui doivent faire deux heures de route pour se faire soigner. C'est pas du caprice, il y a des conséquences graves que l'ARS veut ignorer. Il y aura de la casse humaine, on le sait. On sait que cela va mal se passer" nous a expliqué Jean-Louis Millet, maire de Saint-Claude.

Une pétition lancée en ligne rassemble également près de 5000 signatures. Il faut dire que depuis le début de l'annonce de la fermeture de l'hôpital, les citoyens jurassiens sont vent debout et n'ont semble-t-il pas l'intention de lâcher prise. 


Le 23 mars, plus de 1300 personnes ont défilé dans les rues de Saint-Claude pour dénoncer "la MORT de [l'] hôpital mais aussi la MORT du HAUT-JURA !"

 À venir, le reportage de notre rédaction...

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : de nombreuses animations vous attendent pour le Mois des Climats !

Les + Lus