VIDEO. “Il est rentré deux fois dans la ferme”, un loup filmé dans un hameau du Jura

Un loup a été filmé mardi 23 avril 2024 en fin de journée sur la commune de Grande-Rivière dans le Jura. Un deuxième individu aurait été aperçu quelques heures plus tard. Pour les agriculteurs, cette présence n’a rien de rassurant alors que les attaques se multiplient depuis le début de l’année dans le département du Jura.

Un loup. La scène dure une dizaine de secondes. Elle a été tournée en fin de journée dans le hameau des Bouviers sur la commune de Grande-Rivière près de Saint-Laurent en Grandvaux et partagée dans le groupe facebook Tu es Jurassien si... 

Selon Patrice Raydelet, du pôle grands prédateurs, il s'agit probablement d'un loup adulte. L’animal a été vu tout près d’une ferme.

durée de la vidéo : 00h00mn11s
23 avril 2024 ©Via Facebook

Contactée par France 3 Franche-Comté, l’agricultrice des lieux confirme la présence du prédateur. “Il est rentré deux fois dans notre ferme hier soir. Ce matin, j’en ai aperçu un autre plus maigre, j’étais en voiture, la musique allumée, il n’a pas eu peur du tout. Il est tranquille, moins sauvage qu’un chien” raconte l’éleveuse. Dans cette ferme, 12 bovins sont en cours d’engraissement. “C’est fermé, mais le loup peut se faufiler” s’inquiète cette éleveuse qui est aussi mère de famille.

Quand on a des bêtes, quand on sait qu’en ce moment, les enfants sont en vacances et  jouent dans le hameau, forcement ça fait peur.

Une agricultrice dans le Jura


L’agricultrice en question a alerté la DDT, la direction départementale des territoires et la FDSEA. 

Une reprise des attaques depuis le début de l’année dans le Jura


Voir un loup dans les paysages du massif du Jura devient chose courante. Les loups sont présents sur plusieurs sites. Une meute est installée au Marchairuz (côté suisse), une autre dans le Risoux (côté français), une autre près de Mouthe (Doubs). Et ces meutes évoluent constamment, elles pourraient être au nombre de cinq estime Patrice Raydelet. Au printemps et à l'automne, les jeunes individus vont quitter les meutes pour se trouver de nouveaux territoires. Ils se déplacent et passent parfois à l'attaque.

Depuis le début de l’année, la FDSEA du Jura fait état d’une série de prédations survenues essentiellement sur des ovins, les bovins étant encore à l’abri en raison de la météo.

On a eu des attaques sur des moutons en Petite Montagne, une par semaine environ. On en a partout, c’est sur tout le département.

Etienne Rougeaux, directeur départemental de la FDSEA Jura.

France 3 Franche-Comté

12 attaques dans le Jura depuis le début de l'année

La préfecture du Jura confirme. Depuis le début de l'année, on dénombre 12 attaques pour lesquelles la responsabilité du loup n'est pas écartée. Cela représente un total de 43 victimes (42 ovins et 1 bovin).
Quatre arrêtés de tirs de défense simple ont été signés par le Préfet, trois sont encore en vigueur.

La préfecture assure que les éleveurs touchés sont accompagnés par les services de l'État avec du prêt de matériel selon leur demande, visite de conseil pour leur mise en place, une information en temps réel des maires et agriculteurs du secteur en cas de prédation. Sont également prévues en cas d'attaques, l'indemnisation des victimes et un accompagnement pour les demandes d'aides à la protection des troupeaux (Feader) pour ovins et caprins. Les expérimentations sur la protection des troupeaux bovins déjà engagées seront poursuivies. Par ailleurs, la préfecture indique à France 3 Franche-Comté que la louveterie du Jura a été formée en 2023 aux tirs de nuit par la Brigade loup de l'OFB. L'équipe a été renforcée par le recrutement de 8 nouveaux louvetiers.

Des attaques liées à des individus en dispersion ?

Pour le pôle grands prédateurs, et son président Patrice Raydelet, ces dernières attaques sont à imputer soit à des meutes, soit à des loups en dispersion qui cherchent des territoires et arrivent sur des zones où les animaux d'élevage ne sont pas protégés. "Cela fait 20 ans qu'on dit qu'il faut anticiper ces situations" gronde le défenseur du prédateur.

En 2023, le loup a été identifié comme responsable de 252 attaques en Bourgogne-Franche dont 37 sur la Franche-Comté. Le Jura avait été relativement épargné, le Doubs avait été plus touché.

209 loups pourront être abattus cette année en France


Le loup est une espèce protégée par la convention de Berne. Selon l’office français de la biodiversité (OFB), à l'issue de l'hiver 2022-2023, la population de loups en France était estimée à 1104 individus. 209 individus pourront être abattus cette année dans l’hexagone en cas d’attaques et dans des conditions bien précises.

Le plan national loup pour 2024-2029 acté en septembre dernier prévoit une simplification des tirs, une meilleure indemnisation des éleveurs victimes et un budget de 2,5 millions d’euros en France pour protéger les troupeaux. Dans le Haut-Doubs et le Haut-Jura, deux associations de défense du loup Vigie Jura et Ferus proposent de former des volontaires pour veiller la nuit sur les troupeaux de bovins.