Caméras nocturnes, lampes et cornes de brume : face au loup, des bénévoles protégeront cet été des troupeaux du massif du Jura

Le loup est bien présent en Bourgogne-Franche-Comté. 252 attaques ont eu lieu en 2023 dont 37 sur la Franche-Comté. Dans le Haut-Doubs et Haut-Jura, les missions de surveillances se remettent en place pour les mois à venir.

“Je sais que si on veut protéger le loup, il faut aussi protéger les éleveurs, car c’est très violent (ces attaques) aussi pour eux. J’ai trouvé ça intéressant de venir aider”. Cette femme est bénévole, elle vient de se former durant deux jours dans le Haut-Doubs avec l’association Vigie Jura qui s'est inspiré du programme Oppal mené depuis quatre ans en Suisse voisine.

Au programme de ces stagiaires, l’étude du matériel de surveillance, l’étude du loup, la sécurité en montagne, mais aussi comment se comporter avec les bovins et les patous.

Vigie Jura surveille depuis l’été dernier les troupeaux de la ferme La Batailleuse à Rochejean. 61 nuits de surveillance ont pu être assurées sur les 120 nuits de la saison estivale. 45 bénévoles vont se relayer cet été de la tombée de la nuit au petit matin. Des duos qui semblent être efficaces. “On n’a pas eu de prédation sur l’alpage qu’on surveille alors qu’il y a eu des prédations sur des alpages alentour dont une très proche” mentionne Thierry Billey, co-président et co-fondateur de Vigie Jura.

La ferme sera dotée également cet été de patous, pour une surveillance renforcée. Elle espère encore échapper aux attaques de loup, nombreuses l’été 2022 sur le massif du Haut-Doubs. Pour les éleveurs, la présence des bénévoles est rassurante.

En fait, avant, on ne dormait pas. On était stressées de se dire que le troupeau, il est tout seul, il est vulnérable. Avoir Vigie Jura,c'est une présence humaine importante qui nous a soulagé d’une tache énorme qu’on n'aurait pas pu faire.

Manon Riblet, Vachère à la ferme de la Batailleuse

Vigie Jura a lancé une cagnotte pour recueillir des fonds permettant d’équiper les bénévoles en caméra à vision nocturne, lampe puissante, talkies-walkies, tente, réchaud… Pour l’instant, l’association n’intervient que sur une ferme du Haut-Doubs, mais elle espère bien proposer ses services à d’autres éleveurs intéressés.

Pastoraloup, version Jura

Dans le massif du Jura, la protection contre le loup, passe naturellement par l’équipement des agriculteurs, en chiens de protection et caméras de détection. Dans ces paysages d’alpages très ouverts entre combes et forêts, la pose de filets de protection ou de parcs de nuit n’est pas vraiment possible selon les agriculteurs. Il faut donc trouver d’autres moyens pour limiter, stopper les attaques contre les bovins.

Depuis 20 ans, l’association Ferus a mis en place le programme Pastoraloup. Il se décline depuis 2023 dans le Jura. Plus de 70 bénévoles, essentiellement des habitants du massif, ont pu intervenir “de manière réactive et dans l’urgence, ont permis une surveillance de nuit ponctuelle (quelques nuits) chez les éleveurs demandeurs suite à l’augmentation de la pression de prédation sur leur secteur ou si un loup est détecté à proximité” précise l’association.

Les formations pour devenir surveillant bénévole de troupeaux auront lieu les weekends du 22 et 23 juin (aux Rousses- Jura) et du 29 et 30 juin (secteur de Mouthe -Doubs). Les bénévoles doivent être dotés de leur propre matériel de camping, précise l’association.