• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

La “prison du coeur” de Saint-Julien fait débat

© france3
© france3

revue de web : le projet de "prison du coeur" à Saint-Julien (Jura) fait couler beaucoup d'encre

Par Sophie Guillin

Le Ministre de la justice a choisi la commune de Saint-Julien-sur-Suran (Jura) dans la Petite Montagne pour créer un nouveau concept de prison. Pierre Botton est le porteur de ce projet expérimental pour les primo-délinquants. La polémique qui agite la commune se retrouve sur le web.

Le projet fait débat sur le fond

Un projet relayé par tous les médias

Ce projet de "prison du coeur" imaginé par Pierre Botton a, dans un premier temps, surtout intéressé les médias régionaux, notamment Le Progrès qui a suivi tout le dossier et France 3 Franche-Comté.

Le 13 décembre, Michel Mercier, Ministre de la Justice décide que cette prison verra le jour à Saint-Julien, dans le Jura. Le sujet devient alors national : Le Point , ou Paris-Match y consacrent  des articles. Ce qui retient surtout l'attention, c'est la personnalité du porteur de projet : Pierre Botton. L'ex-gendre de Michel Noir a lui même connu la prison dans les années 90 pour abus de biens sociaux. Profondément marqué par ces mois de détention, il a fondé une association, les "prisons du coeur".

L'idée, une prison plus ouverte, dans laquelle les détenus travailleront. Une idée qui en choque beaucoup sur le web.

Un internaute estime que : "cette prison « modèle » me fait surtout penser à un camp de travail en milieu (un peu) hostile, un bagne pas trop crade où on envoie les condamnés en rééducation. Ca sent bon les expériences foireuses des 70s ou les maisons de correction plantées sur de charmantes îles bretonnes qui ont donné des résultats encore plus mauvais que l'emprisonnement classique."

Un lecteur du Progrès trouve lui que l'argent publique pourrait être utilisé pour d'autres causes : "Pouvez- vous avoir la même énergie pour aider la maison de retraite de ma petite maman . Cet établissement manque cruellement de personnel ,les ascenceurs pour les chariots sont vétustes, une douche par semaine,des repas calculés"au plus juste",une employée par étage pour 5O pensionnaires, les nuits."

L'idée même d'une prison "plus humaine" fait débat, parfois très violemment.

Une prison comme moteur de développement?

Cette prison peut-elle redynamiser ce secteur de la Petite Montagne?

Le 25 décembre, le site d'information Rue 89 publie un article sur Saint-Julien et la polémique née du projet. Dans la commune, les habitants sont partagés, comme nous vous le racontions dans ce reportage vidéo. Les commentaires sont nombreux. Sur le site de France 3 Franche-Comté, Nono explique qu'il est résolument favorable au projet : "

 il fera un peu bouger ce village vieillissant, de nouveaux magasins seront ouverts à côté de ce centre, ce qui est une bonne chose, car les commerces existants dans Saint Julien sont pitoyables.(...) Il ne faut pas oublier que nul n'est à l'abri de voir un jour son enfant intégrer ce type d'établissement."

Les commentaires sur le site de Rue 89 sont très nombreux. Les Jurassiens s'y expriment en nombre : "D’origine jurassienne, je trouve ces querelles assez déplorables. Le projet se tient et amènera de l'activité, je ne comprends pas la résistance des villageois dont le secteur ne semble pas hyper dynamique... de plus s'ajoute un conflit politique local typique, PS contre UMP, où les barons s'affrontent avec l'intérêt commun relégué au second plan. Mauvais pour la démocratie, navrant."

Pour un autre : "Le canton de Saint-Julien l'un des moins peuplés (sinon le moins peuplé?) de Franche-Comté a bien peu de chances de voir arriver d'autres opportunités de développement, il fait partie de la communauté de communes du Val Suran comme Arinthod qui attire beaucoup plus les entrepreneurs."

D'autres sont plus pessimistes : " peut-être que cet établissement serait un moyen de relancer la vie à Saint-Julien, mais cela me semble parti sur de bien mauvaises bases(...) !
Et la construction ? Certainement en PPP (Partenariat Public Privé), solution dans laquelle un magnat du béton prend en main tout ce qui concerne la construction et l'aménagement, et ensuite, le client lui verse des loyers pendant un nombre d'années considérable pour avoir le droit d'utiliser la construction !
(Du moins, c'est ce que j'ai cru comprendre, merci de m'expliquer si je me trompe...)
Le seul avantage de ce système, c'est de pomper l'argent du contribuable d'une manière plus étalée et moins visible que le financement normal d'une telle construction !"
 écrit Rabelais qui se présente comme originaire de Saint-Julien. Pour Longeval : "Le Jura ne se réveillera plus il est en coma dépassé
Depuis de années la petite montagne (nom emblématique) survit en mendiant des aides et des subventions. Des défis étaient à relever et des schémas innovants à mettre en place. On a choisi d'installer une prison mais le projet est improvisé et la hâte suspecte compte tenu de la proximité des élections. (...) Le
développement d'un canton ne passe pas par le maintien des perceptions, bureau de poste ou gendarmerie mais par un véritable développement de l'entrepreneuriat . IL faut TRAVAILLER
Comment se fait il qu'on ne puisse avoir internet que depuis quelques mois que les mobiles ne passent pas , qu'il n'y ait pas de transports en commun ?
Chers élus : Qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de vous."

Saint-Julien : quelques liens

Pour vous faire votre opinion vous même, les "Prisons du coeur" ont leur site. Vous en saurez plus sur le fond du projet.

Les opposants ont mis en place une pétition pour expliquer pourquoi ils sont contre l'implantation.

Sur son blog, Danielle Brulebois, vice-présidente du conseil général exprime ses doutes sur l'intérêt économique de la prison.

Sur le même sujet

Côte-d'Or : la canicule fait craindre le pire aux éleveurs d'escargots

Les + Lus