Des coups de téléphone clownesques aux personnes âgées du Jura, le remède d'une comédienne à l'isolement

 A Lons-le-Saunier (Jura), la comédienne Léa Ostermann téléphone aux séniors socialement très isolés pour les faire rire et chanter. Une performance artistique adaptée aux contraintes sanitaires pour tisser du lien malgré la covid-19 et apporter du bonheur aux personnes âgées.

Léa Ostermann de la compagnie 24 carats propose des "Promenades solidaires", représentations à domicile pour les séniors de Lons-le-Saunier.
Léa Ostermann de la compagnie 24 carats propose des "Promenades solidaires", représentations à domicile pour les séniors de Lons-le-Saunier.

Avec humour la comédienne Léa Ostermann passe des coups de fil insolites aux personnes âgées isolées. L'artiste est connue à Lons-le-Saunier grâce à son personnage burlesque Rosa Mercédès, une aristocrate décadente qui se rend habituellement au domicile de séniors en grande difficulté sociale. En raison du covid-19 elle a adapté son dispositif artistique.

Elle propose des représentations théâtrales par téléphone. "Je suis passée de clown de trottoir et de domicile à clown de téléphone" explique-t-elle avec amusement. Avant chaque appel, elle a pris soin de se renseigner sur le vécu de chaque personne. "J'utilise leur histoire pour inventer autour, les embarquer dans un imaginaire proche de ce qu'ils connaissent et les intégrer le plus possible" explique-t-elle.

Sublimer le quotidien de ceux qui sont oubliés

Une fois que la personne a décroché tout est possible. Une bande-son se déclenche avec la chanson "Mexico" de Luis Mariano, une valse avec Line Renaud s'invente. Par la voix, l'artiste les guide dans un monde de rêveries et les fait même participer. "Parfois je leur demande d'enfiler un costume, un chapeau, de goûter un chocolat, je leur propose de se mettre en mouvement pour jouer avec moi." A distance, la comédienne construit un nouveau type de spectacle sonore interactif. "L'idée est de faire en sorte de solliciter tous leurs sens, de sublimer le quotidien de ceux qui sont oubliés, de les aider à s'échapper de leur quotidien difficile".

© DR

 

Léa Ostermann de la compagnie 24 carats a ainsi réalisé 11 représentations téléphoniques entre le mois de novembre et décembre 2020. "Les témoignages que j'ai reçus au bout du fil ont été très touchants, il y a un double isolement des personnes fragiles à cause de la pandémie" explique-t-elle.

Aujourd'hui vous m'avez renfloué. Ça m'a fait un bien immense. J'ai rajeuni, vous pouvez pas savoir. Ça m'a fait un plaisir extrême. C'est un dimanche pour moi aujourd'hui. Un grand dimanche.

Marthe, personne isolée

« Les retours sont très positifs, confirme Aurélie Burden, chargée de mission “Bien vieillir” au CCAS de Lons-le-Saunier. "Cela a ramené de la joie de la légèreté dans une période anxiogène pour ces personnes vulnérables et fragiles" ajoute-t-elle.

 

A Lons-le-Saunier, les personnes âgées isolées connaissent Rosa Mercédès depuis 2017. Le personnage loufoque de la chanteuse et comédienne Léa Ostermann se rend d'ordinaire au domicile des séniors pour réaliser ses représentations artistiques "Les Promenades solidaires". Un projet innovant mis sur pied pour le CCAS de la commune. Durant ce moment d'évasion, voisins, familles et amis étaient invités à assister à la performance de Rosa aux côtés du bénéficiaire. La covid-19 a contraint la comédienne à se réinventer mais n'a pas entamé sa motivation. Selon elle, "ça fait partie du rôle de l’artiste de trouver une place dans la société et de se rendre utile, notre démarche a montré le rôle essentiel de la culture" affirme-t-elle.

 

"Les promenades solidaires" de Léa Ostermann, alias Rosa Mercédès au domicile des personnes âgées avant l'épidémie de covid-19
"Les promenades solidaires" de Léa Ostermann, alias Rosa Mercédès au domicile des personnes âgées avant l'épidémie de covid-19 © DR

A ce jour plus d'une centaine de personnes en situation de précarité sociale ont été visitées en collaboration avec des mairies et des CCAS, notamment celles de Lons-le-Saunier et Besançon. L'artiste espère retourner au domicile des personnes à l'automne prochain si la situation sanitaire le permet.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture art personnes âgées société famille santé covid-19