PHOTOS. "C'était un vrai émerveillement", une centaine de cigognes en route pour l'Afrique font du camping sauvage au bord de l'A39

En pleine migration, près d'une centaine de cigognes se sont posées ce mardi 5 septembre 2023 au bord de l'autoroute A39, autour du circuit de Bresse en Saône-et-Loire. Un photographe amateur du Jura, passionné de nature et d'oiseaux, a réussi à immortaliser cet instant magique.

Elles sont arrivées sans prévenir, un peu avant la tombée de la nuit mardi 5 septembre 2023. Et elles se sont posées partout sur les toits, les pylônes, les antennes ou les lampadaires. Une centaine de cigognes blanches ont fait une halte sur le chemin de l'Afrique, au bord de l'autoroute A39, à hauteur de la sortie N°9 et de l'échangeur du Miroir en Saône-et-Loire.

Un spectacle magique que Jean-Michel Hugues Dit Ciles n'aurait manqué pour rien au monde. Tous les jours, sur sa page Facebook "Emotionjura", il publie ses photos de nature et de faune sauvage. Il est suivi par 14 000 abonnés.

Le quinquagénaire passionné, originaire de Cousance dans le Jura, a longtemps fait partie du Groupe ornithologique du Jura (GOJ 39) et de la LPO, la Ligue de Protection des Oiseaux. Il avait demandé à ses fans de lui signaler tout passage de l'oiseau migrateur dans la région. Et c'est l'un d'entre eux justement qui l'a alerté, confie-t-il à France 3 Franche-Comté.

C'était un vrai émerveillement. Il y en avait partout sur les toits, les pylônes, les antennes et les lampadaires, tout autour du circuit de Bresse. Elles se sont arrêtées juste au coucher du soleil pour se reposer.

Jean-Michel Hugues Dit Ciles, dirigeant Emotionjura.

Avec son appareil photo, il a juste eu le temps d'immortaliser ce spectacle incroyable, comme il l'avait déjà fait à la mi-août avec une centaine d'individus en transit, à Savigny-en-Revermont, cette fois, non loin de là. Des clichés qui iront rejoindre les 5 000 photos de son album "oiseaux".

"C'est toujours une grande émotion de voir ça, poursuit-il. C'est un oiseau majestueux et fascinant. Il est grand, il est beau, il est blanc." Mais attention, prévient Jean-Michel Hugues dit Ciles, "il ne faut absolument pas les déranger, car elles doivent garder des forces et éviter toute dépense d'énergie superflue". Les cigognes se nourrissent en effet le matin, avant de reprendre leur envol et poursuivre leur périple.

Migration saisonnière

La migration des cigognes s'étale généralement de la mi-juillet à la mi-octobre, avec des pics entre mi-août et mi-septembre. Pendant toute cette période, les cigognes blanches quittent leurs zones de reproduction situées en Europe de l'Ouest, en Allemagne, en Suède, en Pologne et en France et se réfugient pour l'hiver dans les pays du bassin méditerranéen.

Le 3 septembre dernier, les ornithologues de la LPO Auvergne-Rhône-Alpes ont eu la surprise de pouvoir en compter plus de 3000 en une seule journée. Un record !

La LPO Bourgogne-Franche-Comté invite d'ailleurs tous les habitants de la région à signaler leurs observations sur la base de données naturalistes dédiée à la faune sauvage

Une grande partie de ces cigognes blanches atterrira dans le sud de la France et en Espagne, mais quelques-unes se dirigeronnt en direction du détroit de Bosphore ou de Gibraltar, qu’elles franchiront pour se diriger vers le Cameroun, soit 6300 km d’expédition.