"Un agriculteur se suicide chaque jour", l'association Solidarité Paysans dénonce la suppression inattendue de sa subvention par le département du Jura

Le conseil départemental ne soutiendra plus financièrement l'association Solidarité Paysan. Ce collectif, qui vient en aide aux agriculteurs en difficulté, risque ainsi de disparaître. 160 personnes se sont rassemblées ce lundi 27 février pour s'opposer à cette décision.

Des cloches ont sonné à Lons-le-Saunier, ce lundi 27 février. 160 femmes et hommes ont brandi plusieurs pancartes devant le Conseil Départemental du Jura en fin de matinée. Ils et elles se sont réunis à l'appel de « Solidarité Paysans Jura », l’association créée en 1991 qui vient en aide aux agriculteurs en situation difficile.

Le rassemblement a donc mobilisé de nombreux agriculteurs, dont certains ayant été aidés par l'association. En 2022, 80 familles ont pu bénéficier de l'accompagnement de ce collectif. Le Conseil départemental a pourtant supprimé ses subventions à l’association.

Le mal-être des paysans

Marie-Andrée Besson, co-présidente de Solidarité Paysans Jura fait part de son incompréhension : « À un moment où le mal-être des paysans est de plus en plus grand, où l’ensemble du pays se positionne et le gouvernement met en place des mesures pour réagir face au mal-être des paysans, un Conseil départemental qui, jusqu’à présent, a soutenu notre action, décide brutalement de cesser son soutien, et ça, c’est inacceptable pour les paysans dans le Jura ».

En France, un paysan se suicide chaque jour, d'après la Mutualité sociale agricole. Un geste comme un dernier recours pour des agriculteurs confrontés à une situation de surendettement ou à de faibles revenus, mais aussi à une solitude et à un sentiment d'absence de reconnaissance de leur travail. Le phénomène reste encore tabou dans la profession.

« Ça fait surtout mal pour les gens qu’on représente »

Pour l’association, ce retrait des subventions du Conseil départemental ampute une grande partie de leur budget : 25 000 euros, soit 30% en moins. Une baisse considérable qui les prive de plus d'un équivalent temps-plein, c’est-à-dire de plus d'un poste dans une association qui compte 3 salariés et 30 bénévoles.

« Donc c’est la suppression de l’association », conclut la co-présidente, au micro de Vanessa Hirson. Elle pointe du doigt la responsabilité du Président du Conseil départemental, Clément Pernot : « En 2022, chaque bénévole a suivi 63 heures de formation. Quand on est traités dans la presse d’ "amateurs" et de "personnes inutiles", ça fait mal. Ça fait surtout mal pour les gens qu’on représente ».

Recentrer son action sur le social ?

Les raisons invoquées par le Département pour supprimer les aides ne semblent pas convaincre Marie-Andrée Besson. « En juin 2022, le Président du Conseil départemental nous a annoncé que nous étions "incompétents", qu'il était plus capable que nous de traiter la question des agriculteurs en difficulté », explique la co-présidente. Au mois de décembre, la sanction est tombée. On a reçu un courrier avec des motifs qui n’étaient pas du tout ceux évoqués lors de notre rendez-vous de juin, nous disant que notre action était floue et que le Conseil départemental souhaitait recentrer son action sur le social. Or, si le travail de Solidarité Paysans ne recouvre pas uniquement le côté social, il en fait quand même partie. »

La co-présidente tient à délimiter les missions de Solidarité Paysans. « Le rôle de l’association est d’accompagner les agriculteurs qui en font la demande dans les démarches économiques, techniques, sociales ou juridiques, précise-t-elle. On est là pour accompagner les paysans si endettés qu’ils sont obligés d’être dans une procédure judiciaire de redressement. Il y a tout un dossier à monter, c’est très éprouvant, humiliant pour les paysans. C’est dur. On est avec eux. On les accompagne au tribunal. On est là aussi pour rencontrer des créanciers et essayer d’établir un plan de trésorerie pour étaler les dettes, et faire que les paysans puissent souffler un peu. »

Pendant la manifestation, plusieurs lectures de témoignages se sont succédés. Une manière d'humaniser aussi les actions de l'association. La co-présidente note : « Il y a des situations de grande de détresse, qu’on ne va pas abandonner, qu’on ne pourra pas abandonner ». Parmi tous les agriculteurs aidés par Solidarité Paysans, 70% d'entre eux ont poursuivi leur activité.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité